La Gauche

Accueil > Politique québécoise > Montée de la droite anti-sociale…

Montée de la droite anti-sociale…

mardi 18 juin 2002

Communiqué de presse de l’Union des Forces Progressistes

À la suite des résultats des dernières partielles, le présent constat est plus qu’évident : la population du Québec veut du changement ! Cependant l’absence d’alternative progressiste a poussé plusieurs milliers d’électeurs à opter pour l’alternative de droite que représente l’ADQ. Il ne faut pas voir en ces victoires ponctuelles de la droite anti-sociale un vent de renouveau, mais plutôt le signe d’un vide sur l’échiquier politique québécois et l’illustration une fois encore des déficiences du mode de scrutin qui porte la population à voter pour celui qui a le plus de chances de battre un gouvernement dont il elle est insatisfaite.

Le programme de l’ADQ est, nous ne le dirons jamais assez, populiste de droite et anti-social (bons d’éducation, anti-syndicalisme, privatisation de secteurs entiers dans la santé, fin de la sécurité d’emploi dans la fonction publique, fin de l’impôt progressif etc.). Il n’est pas surprenant toutefois que certains commentateurs politiques qui entretiennent l’ambiguïté à propos de l’ADQ soient les mêmes qui présentent l’UFP comme un petit parti d’extrême-gauche et marginal !

Selon Pierre Dostie, vice-président et porte-parole de l’UFP, " la population compte sur la vigilance des médias afin de recevoir une juste information ". Pour Molly Alexander, vice-présidente et porte-parole, le Premier ministre Landry est bien à court d’argument pour en être réduit à dire, suite à sa défaite dans trois comtés sur quatre, qu’il est le seul parti progressiste au Québec. "Ce qu’il feint d’ignorer, c’est que les progressistes ont déserté son parti depuis son virage à droite et que l’Union des forces progressistes est l’alternative progressiste au Québec".

L’Union des Forces Progressistes, qui vient de tenir son congrès de fondation, représente à nos yeux la seule alternative populaire pouvant adéquatement représenter les intérêts de la population. Dès sa création, l’UFP a pris le flambeau des luttes sociales, que ce soit en ce qui concerne la lutte à la pauvreté, la protection de l’environnement, l’avènement d’un nouveau mode de scrutin et la lutte pour l’émancipation sociale.

L’UFP est le seul parti politique ayant officiellement pris position contre la mondialisation néolibérale et contre les traité de libre-échanges capitalistes. Nous tenons aussi à souligner la performance du candidat indépendant dans Joliette, Mathieu Lessard, qui, en seulement deux semaines actives de campagne électorale, a réussi à obtenir près de 5 % des votes.

Nous invitons donc l’ensemble des progressistes québécois et québécoises à contribuer à l’alternative progressistes en joignant les rangs de l’UFP pour enfin redonner un véritable espoir à la population qui ne soit pas qu’un mirage qui réserve d’amères déceptions comme cela risque fort d’être le cas avec l’ADQ.

Parce qu’un autre Québec est possible…

Molly Alexander, Vice-présidente et porte-parole de l’ UFP : 514-502-2228
Pierre Dostie, Vice-président et porte-parole de l’UFP : 418-540-3285


Voir en ligne : Union des forces Progresifs