La Gauche

Accueil > Société > musique > Au quotidien d’un député solidaire : Un député, deux porte-parole (...)

Au quotidien d’un député solidaire : Un député, deux porte-parole !

mardi 10 mars 2009

Sur le site de Presse-toi à gauche, Pierre Mouterde livre une série d’articles sur le travail au quotidien du premier député de Québec solidaire. Voici le deuxième article de la série.


Tiré de Presse-toi à gauche
Petit portrait sur la première soirée du Conseil national
mardi 3 mars 2009, par Pierre Mouterde


Il pleut à verse sur Québec en ce vendredi soir 27 février 2009, soirée de lancement du premier Conseil national post électoral de Québec solidaire. Dehors il fait nuit d’encre et à l’intérieur, dans les locaux de l’école des Compagnons de Cartier, l’atmosphère est détendue et chaleureuse.

Déjà plus d’une centaine de délégués de Québec solidaire échangent joyeusement, une bière ou un verre de vin à la main, avec en arrière fond la musique festive d’un accordéoniste bal musette. Mais ce soir, c’est aussi l’heure des bilans et des plans pour le futur : après les dernières élections, quels nouveaux pas entreprendre et surtout comment s’adapter à la nouvelle situation vécue par le parti ? Car si Q.S. dispose dorénavant d’un député, il n’en a qu’un seul, alors qu’il s’était fait un honneur jusqu’à présent d’avoir deux porte-parole (Françoise David et Amir Khadir) et de leur donner un rôle tout aussi important à l’un comme à l’autre. Comment affronter cette nouvelle situation ?

Avant de donner la parole à Amir Khadir (parce que contrairement à ce qu’a dit une certaine presse, Amir était au Conseil national le vendredi soir), c’est Françoise David qui ouvre le bal : « Le soir des élections… j’étais très heureuse parce qu’on avait réussi à faire élire un député et en même temps j’étais déçue de ne pas avoir été élue, mais je n’ai pas réussie à être triste, parce qu’il y avait tellement d’amour dans cette salle, je me suis sentie gâtée par tous ces gens dont un nombre incalculable m’ont pris dans leur bras. C’est beau cette confiance (…). Depuis ce temps là j’ai découvert deux ou trois avantages à ne pas être élue, ainsi je suis devenue une sorte de leader extra-parlementaire (…) mais il y a des inconvénients et ce n’est pas toujours simple. (« ..) Il faut se réajuster et on est en période d’apprentissage (..) en fait je n’ai jamais été dans un parti qui avait des députés (…) J’apprends… Amir apprend… (…) Amir vous le connaissez, c’est un compagnon formidable, un futur député génial, un tantinet délinquant…c’est l’humour, c’est la danse, c’est la poésie, c’est Amir Khadir. »

Et c’est au tour d’Amir de s’avancer près du micro un poème à la main, celui de Richard Desjardins, envoyé depuis la France juste après sa victoire du 8 décembre : « Au creux de cette nuit noire\où même on en vient à croire\ils sont bienvenus ces porteurs d’éclairs\qui illuminent nos prairies fertiles\et nos sentiers oubliés. ». Manière de souligner l’importance de ce que Québec solidaire est en train de vivre : « Je le dis sans flagornerie (…) malgré tout ce que le système a de stable, c’est le début d’un changement très important, d’une victoire dont on ne soupçonne pas la portée. Voilà qu’un parti comme QS qui est contre ce système basé sur l’exploitation et la croissance sans frein, a mis un pied dans la porte … juste cette idée de ralentir la croissance… c’est déjà révolutionnaire. (…) C’était en 2003, au congrès de fondation de l’UFP, je me souviens avoir dit : dans 10 ans on siègera au Parlement, et dans la vie d’un pays qui depuis 40 ans n’a pas eu de député représentant un parti de gauche… il y a là quelque chose d’absolument formidable. Mais ce soir j’ai pris un autre engagement, cette fois auprès d’Yvonne du comté de Charlesbourg qui est là et qui a 84 ans, elle qui désespère de voir Québec solidaire percer avant qu’elle ne soit plus là : ça peut commencer par deux députés, mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin ; c’est une question de patience, et la prochaine étape, c’est que Françoise soit à l’assemblée nationale. Mais il y en aura d’autres. Il faut être réaliste dans le sens le plus poétique du terme. (…) Il y a des attentes incroyables, celles des damnés de la terre de l’époque moderne qui souffrent de la violence que leur fait le système (…) beaucoup ont les yeux rivés sur nous,.(..) On est présent dans les lieux de luttes, proches de ceux qui sont en grève ou en lock-out (…) ou qui sont sur les tables nationales des différents mouvements sociaux (..) et puis il y a le travail au quotidien au Parlement à partir du 10 mars.. il nous faut utiliser l’instrument du Parlement pour nous faire entendre, avec l’aide d’un caucus qui nous épaulera (…) Je vous aime, j’aime Françoise, c’est ensemble qu’on va le faire, on a besoin de tout le monde »

En fait, chacun des orateurs l’a fait à sa manière ressortir : tous les ingrédients nécessaires sont là pour affronter positivement cette nouvelle situation. Car au-delà des ajustements nécessaires, c’est toute la formidable originalité de Québec solidaire sur laquelle il est possible de s’appuyer, cette originalité qui, en désorientant si fortement les élites médiatique, fait pourtant toute sa force.

C’est parce que Québec solidaire est une authentique collectivité aspirant à penser et à agir démocratiquement dans le pluralisme, qu’elle a décidé de ne pas sacraliser « un chef », mais de se doter de deux porte-parole, une femme et un homme, expression de la diversité et de la richesse de ce parti.

C’est parce que Québec solidaire n’est pas un parti comme les autres, qu’il est un parti « anti establisment », qu’il peut proposer de véritables solutions à la crise, aussi bien sur le plan social que sur le plan écologique ou national.

C’est parce que Québec solidaire conçoit son travail, non seulement au Parlement, mais aussi dans la société toute entière, qu’il pourra réaliser les changements en profondeur auxquels il aspire.

D’où la nécessité de travailler bien évidement au Parlement, mais aussi en dehors… et de disposer de porte-parole qui puissent se faire l’expression de ces deux espaces d’intervention si nécessaires.

N’est-ce pas dans cette originalité assumée jusqu’au bout que Québec solidaire pourra, en ces temps de crise, apparaître, comme l’alternative dont le peuple du Québec a si besoin ?

PS : Peut-être aurait-il été utile à des journalistes comme Richard Martineau (chroniqueur du journal de Montréal) et Antoine Robitaille (journaliste du Devoir) —toujours si intéressés aux faits et gestes de Québec solidaire— de creuser un peu plus leur sujet et de prendre en compte quelques-unes des informations évoquées ci-dessus. Cela leur aurait évité de paraître vouloir –loin de toute rigueur journalistique— chercher des noises pour chercher des noises… ou plus justement des puces là où il ne s’en trouve aucune (voir Le Devoir et le « blog » de Richard Martineau du 2 mars). À croire vraiment que les positions politiques de Québec solidaire –dont d’ailleurs ni l’un ni l’autre n’ont vraiment pris la peine d’exposer les tenants et aboutissants— les dérangent considérablement ! Serait-ce cela qui aurait poussé Martineau à « avoir envie de lancer » – lui aussi— « son soulier » ?