La Gauche

Accueil > International > Amérique latine > Communiqué de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale pour le 15e (...)

Communiqué de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale pour le 15e anniversaire du soulèvement armé

mercredi 14 janvier 2009


Tiré du site Europe Solidaire Sans frontières
communiqué de l’EZLN
1er janvier 2009


Nous zapatistes et peuples indigènes qui nous sommes proposés de lutter pour un monde meilleur et plus humain, nous sommes de plus en plus persécutés et brutalisés par les mauvais gouvernements de notre pays, par les puissants et leurs partis politiques.

Depuis 15 ans, nous subissons les menaces, les agressions, les persécutions, les attaques militaires et paramilitaires. Le mauvais gouvernement, ses partis politiques et leurs alliés, y compris des personnes pauvres, ne cessent leurs multiples attaques dans le but d’arrêter notre lutte et de détruire notre base, qui est celle de tous les peuples en résistance.

Pendant 15 ans, le mauvais gouvernement a créé, financé et entraîné des groupes paramilitaires dans tous les villages dans le but de provoquer, de menacer et de diviser nos peuples. Afin d’affaiblir et de détruire nos bases sociales, le mauvais gouvernement a distribué les aumônes au travers de ses programmes assistantialistes aux familles affiliées aux partis politiques dans le but de contenir, de faire taire et de calmer la faim parmi les pauvres.

Le mauvais gouvernement a tenté de convaincre et d’acheter la conscience de nos bases d’appui, en leur promettant de meilleures conditions de vie afin d’oublier leurs morts et leurs justes demandes. Malheureusement, dans l’espoir que leurs conditions de vie allaient s’améliorer sans lutter, il existe de frères indigènes qui sont tombés dans ces pièges posés par le mauvais gouvernement.

Mais nous zapatistes, ne nous sommes pas soulevés en armes pour demander des miettes ou pour que l’on nous traite comme des mendiants. Nous luttons pour la véritable démocratie, la liberté et la justice pour tous. Nous luttons pour le bien de l’humanité et contre le néolibéralisme. Nous luttons pour un autre monde, plus juste et plus humain. Pour un monde où chaque habitant de notre planète trouve sa place.

Mais les mauvais gouvernements, les puissants, ceux qui se considèrent comme les seigneurs et maîtres de tout, s’obstinent à piller les richesses de nos peuples, à détruire la nature et à détruire l’humanité.

Il est nécessaire et urgent que toute les bonnes et honnêtes personnes de notre pays et de tous les pays du monde unissent leurs paroles, leurs luttes, nos résistances et notre digne rage.

Nous avons l’espoir qu’un autre monde est possible. C’est pour cela que nous invitons et demandons à tous les frères et soeurs, aux compagnons de Mexico et du monde entier, à s’organiser et à s’unir partout contre l’ennemi commun. Nous devons chercher la forme et les mécanismes de comment unir et globaliser nos luttes, nos résistance, notre révolte. Cela sera seulement possible si nous marchons et luttons ensemble, sans tenir compte du temps et des distances qui nous séparent.

Frères et soeurs, compagnons, portons nos drapeaux de lutte, renforçons et élargissons notre résistance, notre lutte, notre digne rage et révolte. Nous, zapatistes et peuples originaires de ces terres, nous allons poursuivre de l’avant la lutte que nous initiée. Nous allons continuer à résister avec dignité et révolte aux coups portés par le mauvais gouvernement.

En 15 ans d’agressions, nous avons appris à résister et à survivre, mais c’est également parce que nous avons pu compter avec le soutien et la solidarité de beaucoup de frères et de soeurs du Mexique et du monde entier.

C’est ainsi que nous avons commencé à construire nos autonomies à différents niveaux, dans la santé, l’éducation, le commerce et dans l’auto-gouvernement de nos peuples. Nos autorités ont tenté de résoudre les problèmes de nos peuples et les besoins de nos communautés, mais la plus grande part de ces derniers restent sans solution. La faim, la misère et les maladies augmentent chaque jour.

Malgré tout, nous continuons à avancer dans notre lutte parce que nous ne trahirons pas le sang de nos morts, de ceux qui ont lutté jusqu’à donner leur vie pour la démocratie, la liberté et la justice. Nous continuirons à suivre leur exemple, à suivre notre consigne de lutter pour la patrie ou de mourir pour la liberté.

Comité clandestin révolutionnaire indigène, Commandement général de l’Armée zapatiste de libération nationale (CCRI-CGEZLN)

Depuis le « Caracol 2 » à Oventic, zone des Altos du Chiapas, Mexique, 1er janvier 2009

EZLN