La Gauche

Accueil > Politique québécoise > Convergence de L’Autre 400e de Québec

Convergence de L’Autre 400e de Québec

soirée de lancement le jeudi 24 avril 2008

lundi 12 mai 2008

Manifeste de la convergence de L’Autre 400e

Dès les premiers jours de 2008, nous sommes nombreux/SES à avoir fait le même constat : les célébrations officielles du 400e anniversaire de la fondation de la Ville de Québec seront insipides.

Pour un 400ème qui nous ressemble
Les festivités annoncées autant dans leur forme que dans leur fond seront un simple spectacle, à peine mieux que des jeux romains donnés en pâture au peuple, vide de sens, un label apposé sur un ramassis d’activités touristiques, un bien de consommation récupéré par des organisateurs qui ne veulent que remplir leurs hôtels et leurs restaurants. Carnaval du 400e, Festival d’été du 400e, Championnat mondial de hockey du 400e, Forum de la PME du 400e, etc. Notre histoire, notre ville et sa population sont « marchandisées » comme une vulgaire bébelle qu’on entend vendre au plus grand nombre de touristes et dont on évaluera le succès qu’en termes de retombées économiques.

Tout ce tape-à-l’œil dénature notre passé et le vend au plus offrant. Qu’on pense à l’armée canadienne qui entend l’utiliser pour une vaste opération de relations publiques, ou encore à cette église catholique rétrograde qui « s’associe » aux célébrations par son congrès eucharistique. Les célébrations officielles prennent l’allure d’une immense campagne de marketing, rien de plus.

Redonnons sa place à l’histoire populaire de la ville.
L’histoire de Québec ne commence pas avec Champlain mais avec les peuples autochtones que l’on a pillés, détruits et chassés de leurs terres.

L’histoire de Québec ne se résume pas à ces grandes dates et ces grands hommes mis de l’avant par les célébrations officielles. Notre histoire est celle du peuple, de ces hommes et de ces femmes qui ont bâti la ville au prix de leur sueur, parfois de leur sang, en ont fait un terrain de lutte. Ils et elles se sont battuEs de contre les élites de tout temps, battuEs contre une église paternaliste, oppressante et même totalitaire, battuEs pour la modernité du Québec, battuEs pour la syndicalisation et le mouvement coopératif, battuEs contre le néo-libéralisme pour défendre et promouvoir notre bien commun.

Profitons du 400e pour célébrer notre passé et nous interroger sur le présent et l’avenir.
Célébrons ceux et celles qui ont réellement construit Québec et se battent encore aujourd’hui contre les injustices sociales, contre la destruction de notre environnement et de nos programmes sociaux.

Célébrons les conflits sociaux, les luttes populaires, les rébellions, les émeutes, les martyrEs, les héros et héroïnes des résistances qui ont laissé des traces dans le paysage tant urbain que social de la ville.

Célébrons l’histoire populaire, et profitons de l’occasion pour mieux comprendre notre passé, notre présent, réfléchir ensemble à ville que nous voulons et mettre de l’avant une vision du monde différente de celle qui a prévalu jusqu’à présent !

Rassemblons-nous pour célébrer une autre histoire et nos rêves d’un autre Québec !