La Gauche

Accueil > Écologie > Copenhague : voie capitaliste sans issue !

Copenhague : voie capitaliste sans issue !

vendredi 9 octobre 2009, par Gilles Godinat, Guillaume Thion


Tiré du journal suisse SolidaritÉs
10 septembre 2009


La conférence des Nations unies pour le renouvellement de la convention mondiale sur le changement climatique (CCNUCC) aura lieu à Copenhague en décembre. La négociation d’un accord post-Kyoto est actuellement dans l’impasse pour tenter de freiner le réchauffement climatique, lié aux émissions polluantes, et par conséquent pour ralentir les inégalités sociales en expansion.

Un génocide planétaire annoncé !

Un rapport du WWF, publié début septembre à l’occasion de la 3ème Conférence mondiale sur le climat à Genève, montre en effet que les experts du GIEC (Groupe intergouvernemental d’experts sur le climat) ont sous-estimé l’accélération de la dégradation climatique : le réchauffement de l’Arctique est deux fois plus rapide que celui l’ensemble de la planète, et va faire monter le niveau des océans d’ici la fin du XXIe siècle d’un mètre, plutôt que 50 cm, mettant en péril le quart de l’humanité vivant en zone côtière !

Selon Greenpeace, le nombre de réfugié·e·s climatiques risque de dépasser les 200 millions de personnes ces prochaines années, même si les pays pauvres prennent des mesures d’adaptation au changement climatique. De plus, la fonte des glaces et des glaciers réduit d’autant les réserves d’eau douce : en 2050, 60% de la population mondiale risque d’habiter dans des régions en pénurie d’eau douce ! Cette catastrophe humaine planétaire est programmée si des mesures draconiennes et urgentes contre le réchauffement climatique ne sont pas prises. Ces mesures concernent pour l’essentiel la réduction massive des gaz à effets de serre (GES), dont le CO2.

Le maigre bilan de l’accord de Kyoto de 1997

Entré en vigueur en 2005, le protocole de Kyoto prévoyait l’engagement d’une réduction de 5,2% des GES (CO2 notamment) par rapport à 1990 dans les pays industrialisés pour une première période de 2008 à 2012. L’UE et la Suisse doivent réduire les émissions de 8%, en respectant les règles de l’économie de marché. Des mécanismes de « flexibilité » ont été introduits, dont le commerce des droits de polluer, permettant aux états industrialisés d’exporter leurs engagements de réduction de GES vers les pays en développement par des mesures à moindre frais, sans réduire leurs propres émissions. Rappelons que les émissions de GES n’ont cessés de croître fortement au plan mondial, avec 50% produites dans les pays industrialisés qui ne comptent que 15% de la population mondiale. La Suisse fait partie des dix pays les plus polluants !

Désaccord Nord-Sud sur une baisse globale du CO2 !

Le GIEC a montré que nous devons maintenir en dessous de 2 degrés la hausse de température de l’atmosphère, d’ici la fin du siècle actuel, pour éviter les cataclysmes. Cela implique pour l’ensemble des pays une réduction des émissions de CO2 de 60% d’ici 2050, la répartition étant de 80% pour les pays riches et de 20% pour le reste du monde. D’ici 2020, le Nord doit les réduire de 40%. Mais l’Allemagne et le France ne parlent de réduire leurs émissions que de 20%. La Suisse dit de même... dont 10% à l’étranger ! Le Japon ne prévoit que 8% et les USA 4% ! Ces choix désastreux équivalent à une augmentation de 3 degré pour 2040 déjà !

A Bonn, le Brésil, l’Inde et la Chine et d’autres pays du Sud ont réitéré leur demande de réduction de 40% au Nord pour 2020, sinon ils ne signeraient aucun engagement. De plus, leurs exigences se concentrent sur trois points essentiels : égalité de droit d’émission et de consommation d’énergie pour tous les habitant·e·s de la planète, révision du système des brevets qui étrangle les pays pauvres et transparence des mécanisme de financement des mesures d’adaptation dans un processus démocratique et décentralisé. Aucun de ces points n’est pris en compte à ce jour par les pays industrialisés !

Droit dans le mur !

La seule perspective qui anime les gouvernements, suite à l’actuelle récession majeure de l’économie mondiale, est une relance de la croissance, avec un replâtrage partiel au vernis vert, après avoir injecté plus de 9000 milliards de deniers publics pour sauver leurs banques, assurances et autres entreprises en perdition. Ces mêmes gouvernements sont incapables de prendre les mesures financières à la hauteur du défi climatique : il faudrait en effet, selon les agences comme la CCNUCC plusieurs dizaines de milliards par an pour couvrir les besoins d’adaptation et au moins 200 milliards par an jusqu’en 2030, en matière d’atténuation pour stabiliser les émissions de GES. Or seuls 18 milliards ont été promis aux fonds climat, et 1 seul milliard a été versé à ce jour ! Dans ces conditions, le capitalisme réellement existant semble bien incapable de répondre aux urgences climatiques, sans parler des urgences sociales.

Mobilisations générales pour le climat et la justice sociale !

A ce stade, seules les mobilisations sociales massives des populations pourront changer le cours des choses. L’échéance de Copenhague doit nous permettre de dénoncer les blocages actuels qui rendent l’accord intergouvernemental impossible, mais surtout de montrer une autre voie que la course folle à la croissance économique capitaliste et à son corollaire, la croissance des inégalités.

En effet, une alternative répondant prioritairement aux besoins de base de la population mondiale et préservant le cadre de vie sur terre devient une nécessité incontournable pour rompre avec la fuite en avant et la mise en danger de l’humanité dans son ensemble.

Gilles Godinat et Guillaume Thion