La Gauche

Accueil > International > Asie > Corée du Sud : La guerre de classe au milieu de la crise économique

Corée du Sud : La guerre de classe au milieu de la crise économique

mardi 8 septembre 2009, par Young-su


Tiré de Nouvelles internationales, Green Left Weekly numéro 806
9 août 2009.
L’auteur, Young-su est un membre du groupe de préparation pour un Parti socialiste des travailleurs en Corée du Sud.


La guerre de classe en Corée du Sud a atteint une nouvelle étape avec la lutte des travailleurs de l’industrie automobile Ssangyong. La grève des travailleurs contre les licenciements a commencé en mai, et ils occupent leur usine de Pyongtaek, à 50 kilomètres au sud de Séoul.

Il y a eu une vraie guerre contre les grévistes. Le 6 août, le 77ème jour depuis le début de la grève, et le 19ème jour depuis que les policiers de l’anti-émeute ont commencé leurs attaques à grande échelle, le syndicat et la direction sont finalement parvenus à un accord.

Le syndicat a accepté une partie de la gestion de la proposition de licenciement, l’enregistrement d’environ la moitié des emplois des grévistes. Le reste sera sacrifié à la retraite volontaire, non rémunérée, congé de longue durée, ou d’accepter un autre emploi de la société.

Le dirigeant syndical Han Sang-gyun a présenté des excuses pour ne pas avoir été en mesure de bloquer l’ensemble du plan de licenciement. Il a dit que les cicatrices de cette lutte ne disparaîtront pas facilement. Le jour de l’accord, de nombreux grévistes, y compris les dirigeants syndicaux, ont été arrêtés par la police. Plus de 100 travailleurs sont censés être mis à l’essai.

Le matin précédent, des milliers de policiers de l’anti-émeute, ainsi que les pro-entreprises et des scabs ont lancé une attaque contre les travailleurs en grève. Trois hélicoptères de la police ont lancé des gaz lacrymogènes. Des escadrons de policiers de l’anti-émeute ont encerclé l’usine et ont attaqué les travailleurs avec des canons à eau.

Les responsables de l ’usine et les scabs ont bloqué l’approvisionnement en eau et en gaz pendant des semaines. Au début du mois d’août, l’électricité a été coupée. Les grévistes ont souffert de la faim, de soif et d’un manque d’alimentation.

Arrière-plan

La crise financière mondiale a frappé durement l’économie sud-coréenne et les travailleurs en ont été victimes immédiates. Dans l’ensemble du pays, une vague de licenciements a balayé les usines. En réponse, les travailleurs ont commencé à résister pour défendre leur emploi et leur moyen de subsistance.

En Pyongtaek, à 50 km au sud de Séoul, Ssangyong Motors a fait faillite, de nouveau, après les précédentes de faillites en 1998 et 2004. Daewoo Motors a repris l’entreprise et qui avait été reprise en 2004 par Shanghai Motors.

En janvier, après des années de mauvaise gestion, la société a fait faillite à nouveau. Les travailleurs sont en colère contre la direction. La gestion de Shanghai n’a jamais tenu sa promesse de grands investissements, en lieu et place elle a transféré des technologies avancées à la Chine. Les travailleurs ont également été contrariés car le gouvernement connaissait cette situation et n’a rien fait.

La solution de la gestion a été une restructuration massive et les licenciements. La direction a proposé le licenciement de 2656 travailleurs sur 7500 personnes que comptait l’entreprise.

Militantisme syndical

Le syndicat des travailleurs de Ssangyong a rejeté la proposition de la direction. Un nouveau militant leadership a été élu en décembre l’année dernière. Historiquement, la branche du syndicat de Ssangyong Motors a été l’une des plus faibles en comparaison avec d’autres syndicats militants dans l’industrie automobile, comme à Hyundai ou Ssangyong Kia. Le syndicat des travailleurs a été dominé par la corruption pro-patronale qui a préféré le dialogue à la grève et à la lutte.

Toutefois, comme la crise approchait, la base s’est mobilisée pour sauver ses emplois. Vu le grand l’impact de la crise, les travailleurs ressentent le besoin d’une direction solide qui pourrait permettre de combattre l’hostilité du patronat et du gouvernement.

Cela a été un tournant important dans la lutte des travailleurs. Au début d’avril, le syndicat a rejeté le plan de gestion de licencier 2656 travailleurs et ce fut le début d’une longue lutte.

Le 8 Mai, la société a déposé son plan de restructuration au ministère du travail local. En signe de protestation, le syndicat a lancé une grève. Au cours de cette période, le syndicat a mené des grèves partielles à plusieurs reprises.

Dans l’intervalle, la direction a proposé un programme de retraite volontaire pour diviser les travailleurs. Sous une intense pression, plus de 1700 travailleurs sur 5000 travailleurs de la production ont accepté une retraite anticipée.

Cependant, la direction a insisté avec force pour le renvoi des 960 autres travailleurs nécessaires pour atteindre ses cibles de licenciement. Le 9 mai, les trois dirigeants syndicaux ont commencé une grève de durée indéterminée au sommet d’une cheminée au milieu du terrain de l’entreprise. En mai 21, le syndicat a déclaré une grève d’une durée indéterminée. Des milliers de syndicalistes se sont joints à la grève et ont occupé l’ensemble de l’usine de Pyongtaek.

Les responsables ont été bloqués sur le terrain de l’entreprise. Le soutien pour les travailleurs venait de groupes politiques, d’autres syndicats, des mouvements sociaux et des groupes communautaires. Beaucoup sont restés dans l’usine avec les travailleurs en solidarité jusqu’à ce que le blocus de la police ait commencé le 26 juin.

Le 13 mai, les épouses des grévistes ont commencé à s’organiser en appui à la grève. Beaucoup de familles ont été durement touchées par la faillite et elles recevaient moins de la moitié du salaire mensuel durant la grève.

Certaines épouses des travailleurs ont décidé de se joindre au combat. Elles ont distribué des tracts et ont organisé des rassemblements. Elles ont rejoint l’Union en tant que groupe organisé. Le Comité de Soutien à la famille a été établi et ces femmes ont joué un rôle clé dans la diffusion du message des grévistes en direction de la population.

Rôle de la Centrale des syndicats

Nombre de dirigeants syndicaux nationaux ont visité l’usine et se sont déclarés favorable à l’occupation. Le syndicat national des travailleurs du métal a mobilisé des syndicalistes, à Séoul, en protestation contre les politiques du gouvernement contre les travailleurs.

Toutefois, le mouvement ouvrier est resté très fragmenté et démobilisé au cours des dernières années. Ainsi, alors que la Confédération coréenne des syndicats (KCTU) a souligné la direction intérimaire de la solidarité avec les travailleurs de Ssangyong, la capacité de la KTCU à mener une lutte à l’échelle nationale est très affaiblie.

Les grévistes ont de très faibles attentes vis-à-avis-de la KCTU et de l’organisation d’un soutien, et des possibilités d’une grève de solidarité par le reste de l’industrie, pour ne pas parler d’une grève générale nationale.

Les travailleurs Ssangyong ont organisé une armée.

Face à la police et aux bandits engagés pour les attaquer, les travailleurs en grève ont organisé des escadrons de la défense. Les travailleurs formés dans la matinée et l’après-midi en rotation. Dans le même temps, les travailleurs ont organisé des réunions pour partager les informations sur la situation et les négociations.

Du matin au soir, des rassemblements se sont tenus. Des chanteurs, des danseurs et des amuseurs ont effectué un travail de solidarité.

La guerre commence

Tant que l’occupation a été maintenue, la direction a commencé à mettre en œuvre un plan de reprise de l’usine par la force. Elle a engagé des voyous et elle a utilisé à des menaces. Tout d’abord, elle a fait encercler l’usine et a bloqué l’entrée avec l’aide de milliers de policiers de l’anti-émeute. Ainsi, à partir de début juillet, les travailleurs ont été isolés.

Le 22 Juillet, la police anti-émeute et les bandits de service ont envahi les usines et ont du faire face à la résistance des grévistes. La gestion a repris certains bâtiments, y compris le bureau du siège social. L’usine a été divisée en blocs et les travailleurs ont continué d’occuper certains blocs.

À la fin de juillet, des combats continuent de jour en jour, à l’intérieur et l’extérieur de l’usine. Les travailleurs étaient armés de tuyaux en acier, de bombes incendiaires, mais ils ont été contrés par l’énorme force physique de la police et des bandits de service.

Chaque jour, des hélicoptères de la police a déversé des gaz lacrymogènes sur les toits de l’usine. Les bandits ont tiré avec de grandes frondes des boulons sur les grévistes. En l’absence de gaz ou d’eau, les travailleurs ont survécu en mangeant des boulettes de riz. Les travailleurs sont restés disciplinés et bien organisés pour lutter.

Face à l’augmentation des attaques, la KCTU a mobilisé pour les soutenir les grévistes. Les groupes politiques et les mouvements sociaux ont manifesté devant l’usine. Ils ont essayé de fournir de l’eau et des médicaments, mais la direction a bloqué la transmission de ces soutiens aux grévistes.

Le 25 et 29 Juillet, la KCTU a tenu des rassemblements nationaux en appui aux travailleurs de la Ssanyong. Toutefois, des marches de solidarité à l’usine de Ssangyong Motors ont été bloquées par la police anti-émeute. Dans ces confrontations, la police a blessé et arrêté des dizaines de travailleurs.

Le Comité de Soutien aux familles et d’autres groupes et a tenu des rassemblements, des conférences de presse et des veillées de chandelles. Des centaines de travailleurs et de militants ont passé leurs vacances au dans un camp d’appui organisé à l’extérieur de l’usine. Mais le 5 août, les bandits engagés par la compagnie ont démantelé ce camp de solidarité.

Face à la pression croissante de la communauté et l’opinion publique, la direction de l’entreprise a amorcé un dialogue les 30 et 31 juillet. Cependant, la direction a une seule option à l’esprit : la capitulation du syndicat sans condition et l’acceptation des licenciements.

Le syndicat a refusé, et le dialogue a échoué.

Le 3 août, la société a commencé son offensive finale, avec l’aide de la police anti-émeute. Le 3 et 4 août, les attaques ont été renforcées. Le 5 août une attaque massive a eu lieu. Au cours de l’attaque, trois travailleurs ont chuté du toit et ont été grièvement blessés. Une douzaine de travailleurs ont été arrêtés.

La police anti-émeute a utilisé une violence extrême, y compris les pistolets paralysants et des balles en caoutchouc. Les autres grévistes ont été isolés dans un bâtiment, mais la lutte continue à rencontre de grandes difficultés. Le 6 août, un règlement négocié a mis fin aux 77 jours d’un combat de longue haleine. Pendant plus de deux mois, les travailleurs ont occupé l’ensemble de l’usine. La lutte contre la force combinée de la police, de la directions et des bandits engagés par l’entreprise a pris fin. Les familles solidaires, les autres travailleurs, des militants des mouvements sociaux et les communautés religieuses ont montré la légitimité de leur lutte.

Bien que le règlement final comprenait d’importantes concessions, les travailleurs de Ssangyong ont remporté une importante bataille. La direction a refusé de reconnaître que les travailleurs avaient des droits humains, mais les travailleurs Ssangyong ont montré la vérité à travers leur lutte héroïque.

Les travailleurs de Ssangyong ont fait de leur mieux au cours des 77 jours d’occupation. Même si la victoire était encore loin, ces guerriers héroïques de la classe ouvrière méritent l’hommage et de solidarité des travailleurs à travers le monde.

[Young-su est un membre du groupe de préparation pour un Parti socialiste des travailleurs en Corée du Sud.]

Tiré de Nouvelles internationales, Green Left Weekly numéro 806 9 août 2009