La Gauche

Accueil > Politique québécoise > Fin du lockout à Pétro-Canada : rappelons nous !

Fin du lockout à Pétro-Canada : rappelons nous !

samedi 7 février 2009

Durant la campagne électorale, Marie Josèphe Pigeon, candidate de Québec Solidaire de Pointe-aux-Trembles n’a pas manqué d’appuyer la lutte des travailleuses et travailleurs de la raffinerie montréalaise de Pétro-canada. ils étaient en lockout depuis plus d’un an. Le 19 décembre dernier, le syndicat a convenu d’une entente de principe avec la partie patronale.


Fin du lock-out à Pétro-Canada
Le 7 janvier 2009, « Je marche à gauche
Tiré du site de Québec Solidaire


Avec ma pancarte

Faut que la machine marche

On carbure au pétrole, énergie fi-nie

Une couple de scabs en prime

Dans la raffinerie

Au mépris de nos droits … de nos Lois. »

C’est ainsi que je débutais mon discours d’investiture comme candidate de Québec solidaire dans la circonscription de Pointe-aux-Trembles le 8 novembre dernier. Allusion à mon grand détour (en transport en commun) après le travail à Saint-Laurent, pour aller passer quelques heures avec les syndiqués-es en lock-out de Petro-Canada sur Sherbrooke Est entre la 3e et la 7e Avenue tous les 17 du mois depuis mai 2008. J’avais cette même pancarte le 17 novembre, jour anniversaire du lock-out pour ma confirmation de candidature aux générales, nouvelle apprise, grelottante, au milieu de quelques syndiqués.

J’ai rangé ma pancarte. J’ai appris, comme tout le monde, la fin du lock-out le 23 décembre. À 94,6 %, des offres, enfin acceptables, l’ont été, pour ainsi résoudre le conflit qui perdurait depuis plus d’un an. Au-delà des salaires, c’était la solidarité syndicale canadienne qui était sur la touche. Le SCEP 175 peut être fier de cette lutte et de la résolution de ces membres, que j’ai été à même de constater chaque mois. J’espère pour tous et toutes un retour dans la sérénité en cette nouvelle année.

Plusieurs individus ont exprimé leur respect pour l’appui de Québec solidaire et ma présence mensuelle – ainsi que celle de militants-es : Bernard Beaulieu, Raymond Bégin, Marc Bonhomme et Jacqueline Loiselle, Josiane Brochu, Jacques Despots, Andrés Fontecilla, Marie-France Lavoie-Sergerie, Marie-Ève Perron et Alvaro Vargas. Je les en remercie. Pour le parti des urnes et de la rue, cette expérience est riche de leçons que Québec solidaire pourra faire fructifier maintenant qu’il siège à l’Assemblée nationale.

Marie-Josèphe Pigeon