La Gauche

Accueil > International > Europe > GRANDE-BRETAGNE : L’effondrement du « Nouveau parti travailliste (...)

GRANDE-BRETAGNE : L’effondrement du « Nouveau parti travailliste »

vendredi 10 octobre 2008, par Alan Thornett, Nick Wrack

Résultats électoraux de Respect en Angleterre et au Pays de Galles par Alan Thornett et Nick Wrack.
Tiré d’inprecor N° 539-540, 2008-06-08

L’effondrement du « Nouveau parti travailliste »

Alan Thornett et Nick Wrack

Alan Thornett, dirigeant de l’International socialist group (ISG, section britannique de la IVe Internationale), est membre du Bureau exécutif de la IVe Internationale et siège au Conseil national de Respect. Nick Wrack est le président fondateur et actuellement membre du Conseil national de Respect. Au cours de la scission subie par Respect, il a été exclu du Socialist Workers Party (SWP, Parti socialiste des travailleurs, section britannique de la Tendance socialiste internationale IST).

Avec les résultats électoraux les plus bas depuis quarante ans — seulement 24 % des suffrages, ce qui le fait arriver en troisième position derrière les conservateurs et les libéraux-démocrates, le projet du New Labour (1) s’effondre. Ce résultat est désastreux pour Gordon Brown, l’actuel premier ministre travailliste. L’élection du conservateur Boris Johnson au poste de maire et la présence d’un membre du Parti national britannique (BNP, extrême droite) dans l’Assemblée du Grand Londres est un coup porté contre tous ceux qui valorisent la diversité multiculturelle de la capitale britannique.

La catalyseur le plus immédiat de l’effondrement du vote travailliste fut l’abolition du taux d’imposition sur le revenu de 10 %, le Labour attaquant ainsi directement une grande partie de sa base sociale historique. Mais derrière cela c’est la crise économique et le resserrement du crédit, la hausse des prix du pétrole et des denrées alimentaires, alors qu’un secteur important de la société subit toujours les bas salaires, qui détournent de plus en plus d’électeurs du vote travailliste. Et il faut y ajouter l’incapacité de Gordon Brown de mettre en valeur son projet du New Labour de la manière dont Blair savait le faire.

Tout ceci annonce un autre désastre électoral lors des élections européennes de 2009, qui seront suivies par l’échec aux élections générales de 2010 qui pourraient permettre aux conservateurs de reprendre le gouvernement. Quelles sont dans cette perspective les possibilités de construire une alternative de gauche face aux politiques néolibérales du New Labour ? Quelle est la situation et que sera-t-il possible de faire ?

Premièrement, rien n’a fondamentalement changé dans la situation politique générale depuis le lancement de Respect en 2004. Un grand nombre d’électeurs travaillistes traditionnels lui restent hostiles, étant désillusionnés et démoralisés par les politiques de droite du New Labour. Certains, à la recherche du « changement », votent pour les conservateurs, mais beaucoup plus s’abstiennent en rejetant les deux partis. La nature de la politique partisane en Grande-Bretagne aujourd’hui, comme de la couverture médiatique, fait que la rivalité entre les principaux partis politiques se réduit à la présentation des personnalités.

Les différences idéologiques ont été depuis longtemps délaissées, car les partis établis soutiennent le néolibéralisme jusqu’au bout. Les différences entre ces partis sont minuscules, reflétant des buts secondaires. Dans ces circonstances les électeurs peuvent préférer l’opposition afin d’exprimer leur mécontentement sans pour autant pouvoir émettre un vote pour une politique fondamentalement différente.

En même temps la colère monte contre la hausse des prix et les attaques budgétaires contre les plus pauvres. Il y a une opposition contre les privatisations et une crainte en ce qui concerne l’avenir des services de santé et d’éducation. La guerre et l’occupation de l’Irak et de l’Afghanistan, bien qu’en recul en tant que préoccupation, restent un souci pour des millions de personnes. Bien sûr, tout ne pousse pas dans la même direction. Les craintes concernant la criminalité et la question de l’immigration sont employées par la presse et par les politiciens pour accroître les orientations favorables à la droite.

Néanmoins, en général, les électeurs progressistes des classes moyennes et ceux issus de la classe ouvrière ne se tournent pas vers les conservateurs. Certains peuvent être tentés par le social-libéralisme des Libéraux-démocrates, mais la plupart retiendront leurs voix à moins qu’ils ne remarquent une alternative viable et sérieuse. Face à la menace d’une victoire des conservateurs la majorité de ceux-là votera une fois encore — avec le cœur lourd et en se bouchant le nez, mais tout de même — en faveur des travaillistes. Le vote en faveur de Livingstone lors de l’élection du maire du Grand-Londres en témoigne. Les dirigeants de la droite syndicale ne manqueront pas de favoriser une telle attitude, en appelant à ne pas « renverser la barque » et en arguant qu’il faut voter pour le New Labour « contre les Tories » (surnom des conservateurs).

Dans ces circonstances, s’il est possible de construire une alternative de gauche, ce ne sera ni facile, ni rapide. On peut ne pas aimer cela, mais chaque voyage doit commencer là où on se trouve…

Résultats électoraux à gauche du New Labour

Les résultats obtenus par la gauche dans les récentes élections locales confirment qu’il y a une base prête à soutenir un tel projet. Bien que l’expérience ait été très limitée, avec seulement quelques bons résultats en dehors de Londres et peu de circonscriptions électorales où il fut possible de voter à gauche du New Labour, les résultats indiquent que là, où un travail patient et durable a été fait, les candidats de gauche pouvaient compter sur un soutien des électeurs.

Les résultats obtenus par Respect le confirment (2). À Birmingham Sparkbrook, le candidat de Respect, Nahim Ullah Khan, a obtenu 3 032 voix (42,64 %) et il est devenu le troisième élu de Respect au sein du conseil municipal. Ailleurs à Birmingham les candidats de Respect ont obtenu 25 % des voix à Springfield, 17 % à Nechells et presque 5 % à Moseley and Kings Heath. Ces résultats sont très intéressants et indiquent qu’il est possible non seulement d’avoir des scores significatifs, mais même de gagner. Ils sont de bonne augure pour les projets de Respect en ce qui concerne les futures élections générales.

À Manchester, dans la circonscription de Cheetham Hill, Kay Phillips de Respect a obtenu 14,4 % à la suite d’une campagne énergique qui a permis d’établir de sérieux liens avec les communautés locales. Dans celle de Moss Side, Respect a obtenu 5,87 % et dans celle de Wigan, 6,7 %. À Bradford, dans la circonscription Manningham, Respect a arraché 7,5 % et dans celle de Walsall, 7,6 %. Bien sûr, Respect n’a été présent que dans très peu de circonscriptions, mais les résultats obtenus là où il fut présent indiquent ce qu’il est possible d’obtenir en apparaissant pour la première fois et ce qui aurait pu être réalisé s’il avait disposé de plus de forces pour être présent ailleurs.

Quelques-uns des résultats obtenus par la Liste de gauche (3) démontrent également l’existence d’un potentiel électoral à la gauche du New Labour. La liste de Gauche a obtenu d’excellents résultats à Preston (37 %) et à Sheffield (25 %), ainsi que 12 % et 10 % dans deux circonscriptions à Manchester. Il faut souligner que les résultats obtenus à Preston et à Sheffield sont le résultat d’un travail à long terme et d’un engagement militant en faveur de la construction d’une large alternative électorale, ce qui est une approche fort différente de celle de la direction du SWP actuellement (4).

A Londres le résultat le plus impressionnant a été celui de Hanif Abdulmuhit dans la circonscription City and East. Le candidat de Respect y a obtenu 26 760 voix (14,59 %), arrivant en troisième position et améliorant son résultat précédent de plus de 7 000 voix (un gain de plus d’un tiers) malgré la forte polarisation entre les conservateurs et les travaillistes. C’est un très grand succès qui a permis à la fois d’écraser le BNP et de consolider la position de Respect dans sa forteresse de l’est londonien.

Les autres résultats de Respect à Londres ne sont pas aussi bons, car le parti n’a pas présenté de candidat au poste de maire, ni dans aucune autre circonscription en dehors de celle de City and East. Sa liste générale, pour l’élection à la proportionnelle, n’a obtenu que 59 721 suffrages (2,43 %), ce qui a déçu bon nombre de ses militant(e)s, qui espéraient pouvoir franchir la barre des 5 % et gagner ainsi au moins un siège dans l’Assemblée du Grand-Londres (5).

Malgré la popularité de George Galloway (6) un tel résultat était difficile à atteindre quelles que soient les circonstances. Le manque de ressources et d’une présence réelle dans les autres circonscriptions de la capitale le rendait hors d’atteinte. Cependant les résultats obtenus malgré tout par la campagne restreinte de Respect confirment l’existence d’un potentiel permettant de le construire à Londres en dehors de sa forteresse de l’est londonien.

Dans les circonstances de la polarisation autour de l’élection du maire du Grand-Londres, conduisant naturellement à reléguer les candidatures des petits partis, les résultats de Respect ne furent pas mauvais. Ce qui est plus important, la guerre n’a plus polarisé l’électorat, comme ce fut le cas en 2004. Bien que Respect ait présenté un large spectre de réponses politiques couvrant nombre de questions que les électeurs se posent, il est probable que pour une majorité d’électeurs il apparaît toujours en premier lieu comme un parti pacifiste. Cela doit être pris en compte. Qu’est-ce que Respect représente réellement ? Il n’y a aucun doute que la scission a affaibli le projet du parti, tant aux yeux des électeurs qu’en ce qui concerne sa capacité de mener la campagne à travers Londres.

Nous n’avons pas eu de candidature au poste de maire, ce qui veut dire que nous ne figurions pas dans le prospectus distribué à tous les habitants et que nous n’avions pas eu accès aux émissions électorales. Malheureusement, à l’exception de Newham, de Tower Hamlets, de Southwark, ainsi que de quelques quartiers dans le nord de Londres et ailleurs, Respect n’a pas d’existence dans la région en tant que force active sur le terrain. C’est la conséquence de quatre années de négligences, renforcée par la scission de l’an dernier. La leçon de la dernière élection partielle à Southall montre une fois encore que Respect ne peut espérer obtenir un score significatif s’il n’est pas régulièrement présent sur le terrain tout au long des années.

Respect ne pouvait pas surmonter ces difficultés. Cela prouve qu’il faut construire Respect à travers la capitale, avec des sections dans tous les quartiers, si nous voulons devenir une véritable force à Londres. Cependant le résultat du vote dans la circonscription City and East démontre que si nous le voulons, nous pouvons assurer notre présence dans les autres zones en militant de manière régulière et en y établissant des liens au sein des communautés locales. Et si nos priorités sont bien évidemment les zones de Tower Hamlets et de Newham dans l’est de la capitale, que nous devons continuer à construire et à consolider, aucun parti national ne peut être mis en place avec le soutien limité de deux ou trois zones géographiques.

Victoire conservatrice à Londres

Ni la victoire des Conservateurs à Londres, ni l’élection d’un membre du BNP à l’Assemblée du Grand Londres, ne remettent en cause le fait qu’il y a un besoin et une possibilité réaliste de construire une alternative de gauche au New Labour. Au contraire, les résultats des élections soulignent encore plus que jamais le besoin d’un tel parti, car les politiques néolibérales du New Labour ne pourront que pousser sans cesse plus d’électeurs à réessayer un gouvernement conservateur et même, en l’absence d’une alternative de gauche, à ce que des travailleurs blancs se fourvoient entre les bras du BNP raciste et fasciste. Un parti conduisant une politique qui réponde aux besoins de la classe ouvrière, et non à ceux des entrepreneurs, est la seule façon de cautériser cette plaie.

Une élection ne représente qu’un instantané des développements politiques et ses résultats ne devraient pas être interprétés comme un mouvement généralisé vers la droite. En l’absence de tout parti de gauche crédible il n’est pas surprenant que de nombreux électeurs se tournent vers un « autre » parti dans l’espoir que les choses pourraient s’améliorer ne serait-ce que marginalement. Mais la grande majorité des électeurs travaillistes traditionnels continuent à voter pour le New Labour ou se réfugient dans l’abstention. Et il y a une proportion grandissante d’électeurs de la classe ouvrière, en particulier les immigrés plus récents qui exercent des emplois mal payés, qui n’ont plus aucune allégeance envers le travaillisme.

Malgré la victoire électorale de Johnson et l’élection d’un membre du BNP, les élections de Londres prouvent que la situation est bien plus compliquée et qu’il ne s’agit pas simplement du reflet d’une évolution à droite. Le maire travailliste sortant, Ken Livingstone, a obtenu cette fois-ci 208 336 voix de la première préférence (7) de plus qu’en 2004 et au total — première et seconde préférence confondues — il a obtenu 340 358 votes de plus qu’en 2004. Ainsi, malgré le fort mécontentement provoqué par la politique gouvernementale du New Labour et par la gestion de Livingstone lui-même, la crainte de voir Johnson l’emporter a largement mobilisé les électeurs en faveur du maire sortant.

Cela ne fut toutefois pas suffisant, car le candidat conservateur à pour sa part attiré plus d’un demi-million de votes supplémentaires au résultat obtenu en 2004. Après que David Cameron ait pris la tête du parti conservateur, ce dernier s’est de manière cynique repositionné plus au centre de manière à attirer les votes de la nouvelle génération qui n’a pas connue le thatcherisme (8). De plus le choix de Johnson en tant que candidat conservateur a permis aux électeurs conservateurs de reprendre confiance, en particulier dans les banlieues. Alors que Livingstone apparaissait usé, menant une campagne d’arrière-garde, les tories avaient la grosse tête. Et ils se sont avérés capables de l’emporter.

Tout cela a produit une courte victoire conservatrice pour le poste du maire. Nonobstant la nature de plus en plus personnalisée de la politique en Grande-Bretagne, cela indique que la polarisation droite-gauche n’a pas disparu. La majorité des électeurs l’a compris. Malgré les divergences profondes que beaucoup à gauche pouvaient avoir avec Livingstone, ils comprenaient bien que Johnson ne doit pas gagner.

Mais alors que le vote en faveur de Livingstone a atteint des sommets dans Londres, cela n’était pas suffisant pour compenser le vote conservateur des circonscriptions des banlieue résidentielles. L’élection du maire fut donc un vote de classe. Il y avait un clair aspect idéologique de ce vote, impulsé par le quotidien pro-conservateur « Evening Standart ». Il était clair que la nature multiculturelle de Londres et ses services publics étaient en danger. La victoire de Johnson montrera rapidement à quel point cette crainte fut justifiée. Il s’agit d’une victoire très importante pour les conservateurs et d’une défaite non seulement pour le New Labour, mais aussi pour tous ceux qui se situent à sa gauche — en particulier du fait que le BNP, entrant dans l’Assemblée, gagne en légitimité.

Un aspect d’une tendance plus profonde

La défaite du New Labour est directement le produit de son nouveau projet politique. Ce projet s’insère dans une tendance plus profonde et plus générale de la social-démocratie au niveau européen. Au cours des deux dernières décennies la social-démocratie européenne a, sans exception, abandonné son orientation traditionnelle et a adopté entièrement le projet néolibéral. Un après l’autre ses partis en payent aujourd’hui la facture et se désagrègent. L’Italie est le plus récent exemple : la social-démocratie s’y est effondrée après une période désastreuse de coalition gouvernementale avec le centre-droite de Prodi, laissant la place au gouvernement de Berlusconi et abandonnant Rome à un maire issu de la tradition fasciste du MSI. La France est un autre exemple de la manière dont le gouvernement de centre-gauche a ouvert la voie à la droite, servant de marchepied au succès de Nicolas Sarkozy. Auparavant, en Allemagne celui-ci a permis à la chrétienne-démocrate Angela Merkel d’emporter les élections.

Partout en Europe les partis sociaux-démocrates se sont déplacés vers le centre et les différences idéologiques entre eux et le centre-droite ont disparu. La vie politique y a été réduite à l’alternance et aux slogans creux. En Grande-Bretagne le New Labour s’est largement détourné de sa base sociale traditionnelle et s’est adressé, au début avec succès, aux classes moyennes, remportant trois élections successives avec un tel soutien. Mais cet appui peut disparaître aussi vite qu’il est apparu. Si les gouvernements ne bénéficient plus de l’appui de leur noyau dur idéologique, ils deviennent plus vulnérables en cas de tournant de la situation politique ou de chausse-trappes conçus par leurs opposants.

Cela signifie-t-il la fin du New Labour ? Non. Mais cela pourrait signifier la fin de cette phase particulière du New Labour car il va perdre ses sièges et sa présence au gouvernement, ce qui ouvrira une nouvelle crise chez lui. Pourtant il n’y a aucun signe permettant d’annoncer en son sein un bilan critique de son orientation néolibérale et il est fort peu probable que l’on assiste à un retour vers le vieux modèle travailliste.

Ceci apparaîtra clairement lorsque son nouveau projet politique sera rendu public. Ils vont alors annoncer qu’ils n’ont pas été assez loin sur la voie néolibérale et que c’est cela qui a permis aux conservateurs de leur reprendre des suffrages. Bref, qu’ils doivent devenir encore plus mercantiles.

La réponse de la gauche face à cette droitisation apparaît ainsi clairement à travers toute l’Europe. Il faut construire de grands partis de gauche, défendant une politique socialiste au sens large, dans le but de rassembler tous ceux qui sont à la recherche d’une alternative politique, mais cela ne se fera pas en un jour. Il ne s’agit pas d’un projet facile. Il exige de l’élan, la détermination, l’ouverture, la patience et la fermeté. Mais c’est ce qui doit être fait.


Après les élections

L’espace existe clairement pour un large parti pluraliste ancré à gauche, et cela malgré les divisions au sein de la gauche et malgré le fait qu’elle n’a bénéficié que d’un nombre réduit de suffrages dans les élections à Londres. Si l’on prend en compte les très bons résultats obtenus à Birmingham et à Londres-Est, ainsi que quelques bons résultat en dehors de Londres et les totaux des 3,6 % remportés par les divers partis de gauche sur les listes proportionnelles à l’Assemblé du Grand Londres, il y a clairement un espace pour un parti de gauche bien plus grand que ce qui a pu être construit jusqu’aujourd’hui. Dans cette situation post-électorale Respect a donc une tâche double : il doit consolider ses importantes bases à Birmingham et à Londres-Est et commencer à s’élargir vers d’autres aires géographiques avec l’objectif de construire une organisation réellement nationale.

Cela exige de passer rapidement de la campagne électorale vers un travail de construction du parti par une activité patiente mais énergique d’implantation locale et le renforcement de notre profil national. Nous devons recruter et former les nouveaux membres et construire des sections là où elles n’existent pas encore. La structure de Respect doit être renforcée. Le journal doit servir à gagner plus de militant(e)s et de sympathisant(e)s. Nous devons commencer à préparer une conférence qui se tiendra tôt en automne et qui aura pour but de consolider l’organisation tout en l’ouvrant à d’autres.

Nous devons renouveler notre approche de tous ceux et de toutes celles avec qui nous avions travaillé dans les communautés au cours de la campagne électorale, mais aussi trouver de nouveaux secteurs de travail. Nous devons réitérer notre engagement de nous étendre et de travailler avec les autres qui veulent construire une alternative de gauche — la jeunesse, le mouvement environnemental, ceux qui luttent contre le racisme et l’islamophobie, les militant(e)s communautaires locaux.

Cela implique aussi de nous adresser aux syndicalistes et aux autres organisations de la gauche pour plaider en faveur d’un regroupement plus large que Respect, qui serait capable de refléter l’ensemble du potentiel existant à gauche et pourrait mieux prétendre répondre à la crise de représentation politique de la classe ouvrière. Nous devons participer à des initiatives telle la « Convention de la gauche ». Établir des liens avec des organisations sérieuses de la gauche ne sera ni aisé, ni rapide, mais nous devons nous affirmer nous-mêmes comme étant prêts à travailler avec d’autres en faveur du projet d’un grand parti de gauche. En même temps, nous construirons Respect de manière ouverte et inclusive. ■

Notes

1. Ayant pris le contrôle du Parti travailliste, Tony Blair a lancé le projet d’un « nouveau parti travailliste » (« New Labour »), devant devenir le principal parti gouvernemental en récupérant les voix du centre et en fondant ses finances non plus en premier lieu sur les ressources provenant des syndicats, mais avant tout sur les subventions du grand capital.

2. Voici la liste complète des résultats électoraux de Respect (dans l’ordre : ville, circonscription, candidat-e, nombre de voix, pourcentage des suffrages exprimés) : Londres — City & East, Hanif Abdulmuhit , 26 760 voix (14,28 %) ; Londres, scrutin de liste, 59 721 voix (2,43 %) ; Londres — Tower Hamlets (Weavers), Dilwara Begum, 637 voix (16,78 %) ; Londres — Tower Hamlets (Milwall), Reza Mahbob, 170 voix (3,87 %) ; Manchester — Cheetham Hill, Kay Phillips, 502 voix (14,4 %) ; Manchester — Moss Side, Ali Shelman, 153 voix (5,8 %) ; Wigan — Atherton, Stephen Hall, 222 voix (6,7 %) ; Birmingham — Aston, Abdul Aziz , 1 406 voix (19,6 %) ; Birmingham — Moseley and Kings Heath, Ray Gaston, 327 voix (4,91 %) ; Birmingham — Nechells, Mushtaq Hussain, 781 voix (17,34 %) ; Birmingham — Sparkbrook, Nahim Ullah Khan, 3 032 voix (42,64 %), élu ; Birmingham — Springfield, Salma Iqbal, 1 920 voix (24,84 %) ; Bradford — Manningham, Arshad Ali , 395 voix (7,5 %) ; Walsall — Palfrey, Arshad Kanwar, 304 voix (7,6 %).

3. Sous ce nom se présentaient les candidats soutenus par le Parti socialiste ouvrier (SWP), qui n’avaient pas le droit d’utiliser le nom de Respect après l’éclatement de ce parti en novembre 2007. Cf. Inprecor n° 532/533 de novembre-décembre 2007 et Inprecor n° 534/535 de janvier-février 2008.

4. Notons encore qu’à la gauche du New Labour, le Socialist Party (organisation trotskiste britannique qui anime le Comité pour une Internationale ouvrière) a aussi présenté des candidats, dans une circonscription du Grand Londres (Greenwich and Lewisham, 1 587 voix 1,1 % des suffrages exprimés) et dans quinze autres circonscriptions, dépassant les 10 % dans les circonscriptions de Coventry St Michael — où David Nellist a été réélu, avec 1 643 voix devant les candidats travaillistes (1 336) et conservateurs (399) —, de Manchester Baguley, de Sefton Netherton and Orrell, de Wakefield East et de Huddersfield Crosland Moor and Netherton.

5. Notons qu’à Londres, la Liste de gauche, animée essentiellement par le SWP, a obtenu un résultat fort décevant (22 583 voix, soit 0,92 %) et sa candidate au poste de maire, Lindsay German, seulement 16 796 voix, soit 0,7 %, alors que contrairement à Respect, la Liste de gauche avait eu accès à la TV (accès réservé aux candidatures au poste de maire). Une troisième liste à gauche du New Labour, présentée à Londres par le Parti communiste britannique, n’a obtenu que 6 394 voix (0,26 %).

6. George Galloway, né en 1954 à Dundee, député travailliste depuis 1987, a été exclu du Labour Party en octobre 2003 en s’opposant à la guerre contre l’Irak. Un des animateurs de la campagne contre la guerre, il a fait partie des fondateurs de Respect et a été élu député à Tower Hamlets (banlieue de Londres) en 2005.

7. Le système électoral employé pour l’élection du maire du Grand Londres permet à chaque électeur de voter en faveur de deux candidats — une « première préférence » et une « seconde préférence ». Les candidats cumulent les deux et c’est celui qui obtient le plus de votes, quelle que soit la préférence, qui l’emporte.

8. Du nom de Margaret Thatcher, présidente du parti conservateur de 1975 à 1990 et premier ministre britannique de 1979 à 1990. Connue sous le surnom de « Dame de fer » (qui lui a été collé par le quotidien militaire soviétique !), elle a mené une politique ultra-libérale, présentée sous le nom de « révolution conservatrice », brisant la résistance syndicale, multipliant les privatisations et la remise en cause des acquis sociaux des travailleurs.