La Gauche

Accueil > Écologie > Greenpeace Canada : « L’inaction climatique coûte des vies »

Greenpeace Canada : « L’inaction climatique coûte des vies »

samedi 12 décembre 2009

Une délégation de Greenpeace Québec est à Copenhague. Elle se mobilise en écho à la spectaculaire action de Greenpeace qui a occupé la semaine dernière le toit du Parlement canadien à Ottawa.

Au sujet de la délégation québécoise de Greenpeace :

http://www.greenpeace.org/canada/fr/actualites/greenpeace-a-copenhague

Au sujet de l’occupation du toit du parlement :


Tiré du site de Greenpeace Canada
07 décembre 2009


Lors de la journée d’ouverture des négociations pivot sur le climat à Copenhague, 19 activistes de Greenpeace ont pris d’assaut le toit des édifices parlementaux afin de mettre en lumière l’échec du premier ministre Harper et du chef de l’opposition Ignatieff dans la lutte pour mettre fin à la perte croissante de vies humaines causée par une crise climatique hors de contrôle.

MISE À JOUR !

L’action de Greenpeace cible Harper et Ignatieff, lesquels ont failli à appuyer des objectifs contraignants et scientifiques qui permettent de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre.

Les escaladeurs de Greenpeace ont déroulé deux bannières de 12 x 7 mètres, la première verticale et la seconde horizontale, du haut de l’édifice Ouest sur lesquelles on pouvait lire respectivement « Harper/Ignatieff : Climate Inaction Costs Lives » et « Harper/Ignatieff : L’inaction climatique coûte des vies ». Le reste des activistes sur le toit ont placé des bannières sur l’édifice Est et au-dessus des entrées exigeant la fin de l’exploitation des sables bitumineux.

« Harper et Ignatieff ne prennent pas au sérieux la tragédie humaine que constitue la crise climatique. Des centaines de milliers de personnes meurent chaque année et des millions d’autres doivent migrer parce que le Canada et les autres pays développés restent passifs face au changement climatique. Selon le Global Humanitarian Forum, ce n’est que le début de la tragédie humaine du chaos climatique. » - Mike Hudema, responsable de la campagne Climat-Énergie de Greenpeace du toit de l’édifice Ouest.

« Harper affirme n’appuyer que de modestes objectifs de réductions, alors qu’Ignatieff n’en prévoit aucun. Nous ne pouvons pas les laisser continuer à ignorer la demande d’action des Canadiens. Il est temps que Harper et Ignatieff cessent de servir les intérêts de l’industrie du pétrole sale des sables bitumineux et ouvrent la voie à une entente juste et ambitieuse sur le climat à Copenhague. Des millions de vies dépendent d’une action climatique. » - Mélissa Filion, directrice intérimaire de Greenpeace Québec.

Il s’agit de la cinquième action de Greenpeace depuis septembre en vue de lever le voile sur l’inaction du Canada en matière du climat et les crimes climatiques de l’exploitation des sables bitumineux.

Greenpeace et 120 ONG ont mobilisé plus de 150 000 Canadiens dans le cadre de la campagne KYOTOplus afin d’exiger qu’Ottawa prévienne le chaos climatique. Tant Harper qu’Ignatieff ont fait fi de l’invitation à signer KYOTOplus et d’écouter les Canadiens qui demandent une action contre le changement climatique.

Lire le communiqué de presse et la documentation complète sur l’impact des changements climatiques