La Gauche

Accueil > Femmes > LA PROSTITUTION EN QUESTIONS

LA PROSTITUTION EN QUESTIONS

mardi 10 mars 2009


Introduction à un débat

Tiré du site du NPA 34


INTRODUCTION

Il peut sembler ringard d’aborder de nouveau ce sujet. Il semble que tout a déjà été dit et que c’est un thème rebattu. L’image de la prostituée véhicule beaucoup de clichés et de fantasmes. On entend de tout : propos misérabilistes, moralistes, justificatifs, naturalistes, pauvres filles, c’est une honte, ç’est le plus vieux métier du monde, il en faut bien elles, protègent nos filles, nos femmes etc.…. Je voudrais ici brosser en quelques traits la réalité du système prostitutionnel sans tabous, fausse pudeur et mièvrerie, m’inscrire en faux contre les idées reçues et donner quelques pistes de lutte contre cet esclavage moderne en tant que femme, féministe et communiste. Définition La prostitution n’est pas un échange convenu et accepté entre deux personnes à égalité c’est un SYSTEME QUI S’INSCRIT DANS DES RAPPORTS SEXISTES, MARCHANDS ET SOCIAUX DE POUVOIR. IL SE FONDE SUR LA VIOLENCE ET LA DOMINATION D UN SEXE PAR L AUTRE

LE PLUS VIEUX METIER DU MONDE

Dire que la prostitution est le plus vieux métier du monde est non seulement un mensonge éhonté mais une idée dangereuse qui permet de l’accepter comme une fatalité, un fléau contre lequel on ne peut rien faire, quelque chose d’inhérent à la « nature humaine »et ce de façon universelle.
Dire que c’est un métier revient à nier toute dimension de souffrance et d’atteinte à l intégrité physique des femmes
Dire que cela a toujours existé est faux car à l’époque préhistorique (avant l’apparition de l’écriture) la prostitution était inconnue, les femmes jouissaient d’une grande liberté sexuelle, la descendance se faisait selon une filiation matrilinéaire, (régime matriarcal) et s’il existait des pratiques d’hospitalité sexuelle, celles-ci n’avaient pas de caractère vénal

Prostitution sacrée

Historiquement l’apparition et le développement de la prostitution a une origine religieuse qui au début n’avait pas d’aspect lucratif, il s’agissait une fois par an de rendre au temple et de « s’offrir » au pauvre à l’errant. Ce don de soi, ce sacrifice avait une valeur spirituelle, les dons étaient versés aux divinités. Peu à peu avec le développement du commerce : les temples sont des lieux d’échanges importants, ce sacrifice sacré est dévoyé et un véritable système prostitutionnel s’instaure et se trans forme en un commerce réglementé. Aujourd’hui encore cette prostitution « sacrée » existe (Inde) et des fillettes (8/9 ans) issues des castes les plus pauvres sont placées à vie par leurs parents pour devenir « l’épouse » des dieux
Pendant leur « apprentissage » elles sont enfermées, battues, affamées, violées, reçoivent jusqu’à 35 prostituteurs par jours. A la puberté elles sont mises sur le marché de la prostitution profane
Il apparaît donc que le clergé est le premier proxénète de l’histoire.

Stratification des sociétés

Les mutations économiques entraînent des modifications sociales et idéologiques importantes : la hiérarchisation de la société se structure, les classes sociales se constituent, l’exode des villes vers les campagnes débutent avec son lot de laissés pour compte aux marges des villes, le régime patriarcal a progressivement pris le dessus et codifie un code moral de conduite pour les femmes « honnêtes » les excluant de la vie sociale et économique de la société les confinant au gynécée.

La prostitution dan sa forme moderne apparaît en Grèce au VI eme siècle av. JC. Celle-ci se développe tellement que Solon (homme d’état athénien) la réglemente en créant les dicterions alias maisons closes en ayant soins que les tarifs soient accessibles à une clientèle miséreuse. Le bordel devait reverser une taxe à l’état, le pornikotelos
Rome connaît la même évolution créant le premier système d’encartage et jusqu’à aujourd’hui histoire de la prostitution est une histoire à géométrie variable avec des phases de tolérance, de prohibition, de légalisation etc. Mais cela ne change rien au fait que les prostituées sont toujours considérées comme des êtres en marge de la bonne société et à ce titre stigmatisé

CAPITALISME ET SYTEME PROSTITUTIONNEL MONDIAL

La mondialisation capitaliste est le facteur dominant dans l’essor fulgurant de la prostitution et de la traite des femmes et des enfants à cette fin .Cette industrie est à la confluence des relations marchandes capitalistes et de l’oppression des femmes, deux phénomènes étroitement imbriqués

Schématiquement la paupérisation de nombreuses régions du globe déstructurées par l’économie libérale mondiale crée les conditions propices à toutes les formes trafics d’êtres humains et les plus touchés sont les femmes et les enfants.

Plans d’ajustement structurel, endettement des états, financiarisation de leur économie entraînent disparition des services publics, exode rural pauvreté absolue non seulement au sud mais également à l’est Cette misère touche majoritairement les femmes et les enfants : sur 1,3 millions d’humains dans la pauvreté absolue 70% sont des femmes et des enfants, 100 millions d’enfants vivent dans les rues.

Cette détresse est une manne pour les réseaux de proxénétisme mafieux et les états submergés par l’endettement chronique Chaque année des millions de femmes, fillettes, enfants sont transférés vers les grands centres urbains : Japon, Europe de l’ouest, Amérique, Thaïlande pour servir de chair fraîche à la demande exponentiellement croissante des clients en mal d’exotisme.

L’age moyen d’entrée en prostitution dans les pays impérialistes est de 14 ans et est bien plus faible ailleurs en Asie par ex 10/12ans 40 millions de femmes et d’enfants sont prostitués, 4 millions par an sont mis sur le marché.

Les profits des industries du sexe sont colossaux : 60 milliards Eu/an pour la prostitution,52 pour la pornographie, 1 milliard pour les agences de tourisme sexuel travaillant à partir du web, les profits de la traite sont évalués entre 8 et 13milliards/an

Ils sont une part considérable dans le PIB des pays importateurs5% des Pays-Bas, 3% de celui du Japon2 à 14% des revenus de la Thaïlande. L’industrie pornographique est la 3eme du Danemark
Certains bordels sont côtés en bourse et ces industries sont vitales pour les pays endettés auxquels d’ailleurs les pays spoliateurs proposent des aides au « tourisme » pour les aider à rembourser !!
Ainsi la prostitution fait partie de la stratégie de développement de certains états !

En 10 ans, uniquement en Asie du Sud Est le nombre de victimes de la traite prostitutionnelle est 3 fois supérieur au nombre d e victimes de le la traite des esclaves africains : 11 millions en 400 ans, 33 millions en 10 ans La soumission aux lois libérales d’échange entraîne une banalisation des activités prostitutionnelle et une prostitutionnalisation du tissu social : ainsi en Thaïlande 75% des clients sont autochtones
La violence intrinsèque à la prostitution est ainsi occultée, la domination d’un sexe sur l’autre expulsée, la prérogative d’une classe sur l’autre évacuée

PROHIBITIONNISME REGLEMENTARISME ABOLITIONNISME

Sont les 3 grands régimes que l’on distingue dans le monde au sujet de la prostitution.
Pour les conservateurs, les prostituées sont des personnes perverses, assoiffées de sexe, des délinquantes qu’il faut chasser et punir. Les tenants du discours réglementariste qui vise aujourd’hui à légaliser la prostitution le tiennent en faisant la distinction subtile entre prostitution choisie et forcée, entre prostitution locale libre et traite forcée donc condamnable et à bannir. En mettant en avant le droit des femmes à disposer de leur corps et donc de l’utiliser à des fins marchandes, la liberté de se prostituer serait alors le nec plus ultra des libertés conquises par les luttes féministes des années 70. Il s’agit à ce moment là d’un métier comme un autre et d’un échange contractuel avec un clients et rupture de contrat toutes les 2Omn
C’est un discours bien dans l’air du temps, celui ou le travailleur est l’équivalent du patron et ou chacun est libre de faire et rompre son contrat de divorcer de son employeur comme on dit maintenant
Ok poussons la logique jusqu’au bout : créons des CAP de prostitution avec stage en entreprises : les bordels, une rubrique à l’ ANPE et des entretiens d’embauches avec le DRH : le proxo
Je ne suis pas certaines du succès de l’opération et il faudrait vraisemblablement recruter à l’étranger car il y aurait peu de candidates et dans les pays qui ont légalisé la prostitution c’est ce qui se passe !
Ce discours libéral repris par un certain nombre de féministes nie la violence du système prostitutionnel, sa barbarie, occulte que son lit est la misère et la détresse psychologique et qu’on en est prisonnier
Le fait que les ex prostituées se nomment elles mêmes des survivantes, que 90% d’entre elles voudraient arrêter, que 85% sont maquées, que leur espérance de vie est réduite, que le taux de suicide est très élevé, que,la drogue et l’alcool font des ravages dans ce milieu, que nombres d’entre elles soient largement mineures, rien ne semble les interpeller,leur seul credo est la liberté, mais liberté de quoi et pour qui, ne serait-ce pas plutôt la liberté pour le système de prostituer ?
Nous les tenantes du discours abolitionnistes passons pour des moralistes et des misérabilistes essentialistes déniant aux femmes leur capacité de jugement et les infantilisant.

Abolitionnisme
Sens initial : abolition des lois concernant la prostitution
Sens actuel : abolition de la prostitution
Pour les abolitionnistes (au sens actuel) alors que nous sommes passés d’une période historique où les états ont plutôt eu tendance a avoir une attitude grosso modo abolitionniste à une période où les états envisagent massivement de légaliser la prostitution il y a une dizaine de raisons pour ne pas légitimer la prostitution en tant que travail et ce à partir des constatations qui ont été faites là ou elle est déjà légalisée : 1-La légalisation/dépénalisation de la prostitution est un cadeau fait aux proxénètes, aux trafiquants et à l’industrie du sexe en les rendants en chefs d’entreprises respectables 2- encourage la traite 3- augmente toutes les formes de prostitution et en particulier la prostitution des mineurs 4- ne protège pas les prostituées des violences des prostituteurs (clients) et des proxos 5- ne favorise pas la santé des femmes et n’augmente pas leurs possibilités de choix 6- Les femmes qui sont dans ce milieu ne souhaitent pas la légalisation/dépénalisation de l’industrie du sexe

POUR UN ABOLITIONNISME INTEGRAL

Parce que nous sommes pour une société sans prostitution, que cela ne se décrète pas par un coup de baguette magique il faut avancer des mots d’ordre clairs et radicaux articulant revendications immédiates, transitoires et à très long terme.
Notre morale n’est pas la leur et il ne s’agit pas de cacher ni de pénaliser les prostituées comme cela se produit avec la LSI de 2002, il faut tout mettre en œuvre pour abolir ce fléau humain
Il faut abroger cette loi sur le racolage passif qui en pénalisant financièrement les prostituées les oblige à augmenter le nombre de passes et à se mettre encore plus en danger en les faisant fuir les centres villes
Nous revendiquons des droits pour les prostituées liés non à la prostitution mais à la personne humaine Des mesures d’urgence permettant de sortir de l’esclavage dans les meilleures conditions possibles
CMU, droit au logement, formation professionnelle, soutien psychologique, pas d’expulsion pour les sans papiers, titre de séjour immédiat et non sur dénonciation du proxo, suppression du casier judiciaire en rapport avec l’atteinte aux « bonnes mœurs » ETC

Pénalisation du système prostitutionnel

L’état doit cesser d’agir en proxo en légiférant contre tous les acteurs du système
Acteurs directs : proxénètes, réseaux mafieux, tenanciers de bordel
Acteurs indirects : interdiction aux municipalités de vendre des permis de fonctionnement aux agences d’escortes, au bar pour danseuses nues, suppression des visas dit d’artiste pour ces mêmes danseuses, fermeture des hôtels de passes, suppression des agences matrimoniales visée prostitutionnelle.
Pénalisation des clients car sans demande pas de prostitution. En Suède cette loi existant depuis 98 a permis la diminution de façon importante de la prostitution et de la traite
Ces mesures doivent être appliquées sans état d’âme mais ne seront efficaces sur le long terme que si une déprostitutionnalisation et dépornographication des esprits est entreprise, que si en parallèle on combat toutes les formes de domination des femmes, salaires inférieurs, activités féminines liées prioritairement à la sphère reproductive, visibilité sociale et politique réelles des femmes et non de quelques faire valoir
Il faut combattre le patriarcat et son idéologie de domination des hommes sur les femmes sous toutes ses formes car si la prostitution a pour lit la misère et la douleur elle n’est que l’expression la plus achevée et violente de l’idéologie patriarcale
Par l’éducation il nous faut combattre l’idéologie de la virilité et de la performance sexuelle, envisager une autre sexualité, épanouissante répondant aux désirs de nos corps et de nos cœurs
Dans le cadre du capitalisme triomphant, de son culte du résultat, de la performance et du fric décomplexé avec comme corollaire la misère, l’exploitation et la mort, nous devons également le battre en brèche, lutter pour une autre société car nos corps et nos vie de femmes valent mieux que leurs profits