La Gauche

Accueil > International > Moyen-Orient > La Palestine, Israël et le Canada

La Palestine, Israël et le Canada

samedi 17 janvier 2009


Déclaration de l’exécutif de New Socialist Group (NSG)

Partenaire de Gauche Socialiste au Canada

16 janvier 2009

L’invasion israélienne à Gaza est un monstrueux acte de barbarisme et nous ajoutons nos voix à celles qui, partout dans le monde, condamnent cette agression meurtrière.

Pour les personnes qui résident au Canada, il n’est pas suffisant de condamner les atrocités. Nous devons aussi répudier l’appui du gouvernement fédéral canadien, et des autres partis politiques d’importance, à l’assaut d’Israël. Le gouvernement conservateur fait écho à la stratégie de relations publiques du gouvernement israélien. Le président du Conseil du Trésor, Vic Toews, a exprimé clairement la position conservatrice : « La défense d’Israël n’est pas un choix politique pour le gouvernement, c’est un impératif moral. » La position libérale est essentiellement la même. Plusieurs politiciens du NPD se sont placés dans le camp des supporters de la politique de l’État d’Israël. L’appel du NPD fédéral pour une « approche équilibré » à la crise est plus qu’ambiguë : peut-on imaginer une situation plus déséquilibré que l’occupation d’Israël et la guerre contre les Palestiniens de Gaza, dont le ratio de morts palestiniens face aux morts israéliens est de presque 100 pour 1 ?

Il faut que cela soit dit clairement : la cause immédiate de la crise est le siège brutal de Gaza qui, comme la nomme ses habitants est, en fait, la plus grande prison au monde. Les tirs de roquette sporadiques vers Israël ont été une réponse à cette oppression.

Tous les partisans de la paix et de la justice sociale ne devrait pas seulement appeler à un arrêt immédiat et inconditionnel de l’assaut, le retrait des troupes israéliennes, et la fin du blocus de Gaza, mais aussi participer à la campagne pour le Boycott, Désinvestissement et Sanctions (BDS) contre Israël. […]

Nous appelons aussi à la réaffirmation du droit de la nation palestinienne à déterminer son propre avenir, ce qui inclus le droit de retour des réfugiés et le droit de résister. Il est clair que pour le peuple palestinien, cela signifie le droit d’établir un État indépendant. Les territoires sous l’administration palestinienne en Cisjordanie – sous occupation israélienne et divisés par le mur de l’apartheid d’Israël – ainsi que Gaza ne représentent pas un tel État.

L’occupation israélienne de la Cisjordanie et de Gaza doit prendre fin, mais ce n’est pas la racine du problème dans la région. Celui-ci repose sur la manière dont Israël s’est établi en tant qu’État colonisateur à travers le nettoyage ethnique à grande échelle des Arabes palestiniens vers 1947-1948, un État dont les dirigeants ont été des partenaires acharnés de l’impérialisme occidental. L’État d’Israël nie aux citoyens arabes l’égalité des droits, alors qu’il offre aux Juifs du monde entier la citoyenneté pleine et entière.

Un tel État d’apartheid, établi sur le dos de la population palestinienne autochtone, est fondamentalement illégitime. Cela est aussi vrai pour l’État canadien, fondé sur la conquête des peuples autochtones et, plus tard, celle du Québec, en niant aux deux le droit à l’autodétermination nationale.

Aucune paix véritable n’est possible sans la fin complète de l’occupation de Gaza et de la Cisjordanie, et la transformation de l’État d’Israël en un État où tous les habitants sont dotés de droits égaux. Où repose l’espoir de changement ? Nous sommes d’accord avec l’auteur étasunien d’origine palestinienne Bashir Abu-Manneh : « L’organisation et la mobilisation de masse des Palestiniens et des Arabes est la seule manière d’avancer. La participation politique active peut garantir que les Palestiniens et les Palestiniennes auront demain ce pourquoi ils se battent aujourd’hui, sans être bernés ou manipulés par une élite ou une autre. Aucune lutte armée des Palestiniens ne pourra jamais vaincre Israël militairement. Toutefois, la lutte populaire, comme la première année de la première Intifada peut certainement la vaincre politiquement. Cela peut aussi créer des meilleures conditions pour les Palestiniens et les Palestiniennes de réaliser leur si nécessaire indépendance, leur liberté nationale et leur souveraineté. Gaza devrait devenir à présent une autre preuve pour Israël de l’aspiration de la Palestine à la liberté. Faisons en sorte que ça le devienne. »


Exécutif de New Socialist Group le 16-01-2009
Paru initialement sur le site de NSG : http://www.newsocialist.org/

Traduction : Antoine pour le site de Gauche Socialiste : http://www.lagauche.com
Section Québécoise de la IV