La Gauche

Accueil > International > Amérique latine > La non-réforme agraire *

Brésil

La non-réforme agraire *

samedi 5 mars 2005

Le Ministre du Développement Agraire (Miguel Rossetto, membre de Démocratie socialiste, " gauche" du Parti des travailleurs) se montre sceptique par rapport à la réforme agraire. Les coupes budgétaires sont brutales. Leur importance va faire qu’aucun des programmes du ministère ne pourra être maintenu.

Dans ses déclarations à la presse, le ministre du Développement Agraire a reconnu que les importantes coupes budgétaires du gouvernement brésilien pour 2005 empêcheront d’atteindre les objectifs de la réforme agraire, l’une des principales promesses du président Lula da Silva.

"Les coupes sont brutales. Leur importance est telle qu’aucun des programmes du Ministère ne pourra être maintenu" a déclaré le ministre du Développement Agraire, Miguel Rossetto, lorsqu’il a commenté les coupes de 6 milliards de dollars dans le budget public annoncées vendredi.

Rossetto a précisé que suite à la réduction des moyens d’investissement qui frappera son budget cette année, 75’000 paysans ne pourront pas bénéficier du programme de réforme agraire que Lula, durant sa campagne électorale, avait promis que son gouvernement réaliserait, ce qui laisse supposer un affrontement avec son ancien allié social, le Movimiento de los Trabajadores Rurales Sin Tierra (Mouvement des Travailleurs Ruraux Sans Terre - MST).

Selon les dires du ministre, son portefeuille prévoyait de remettre cette année des terres à 115’000 familles, mais il ne pourra le faire que pour 40’000. Rossetto a lancé un avertissement concernant l’impact qu’aura cette coupe budgétaire sur les autres programmes du Ministère qui visent à pacifier le monde rural brésilien dans une période où il existe de fortes tensions sur ce front, notamment suite au récent assassinat de la missionnaire étatsunienne Dorothy Stang et ceux d’autres activistes qui défendaient les paysans sans terre dans l’état amazonien de Para.

"Le cas de Para est emblématique : il montre la nécessité de ressources pour stabiliser la région" a déclaré le ministre en faisant allusion à la situation dans cet état, où il existe un conflit complexe entre les paysans et les propriétaires fonciers, encore aggravé par l’exploitation irrationnelle du bois.

Le ministre a annoncé qu’au vu de la gravité de la situation budgétaire dans laquelle se trouve son portefeuille - avec une coupe de 807,6 millions de dollars - il va exposer la situation à Lula.

*El Observador Economico, Montevideo (Uruguay) 2 mars 2005.

(tiré du site À l’encontre)