La Gauche

Accueil > Politique québécoise > Luttes étudiantes > Les revendications mises de l’avant par l’ASSÉ

Les revendications mises de l’avant par l’ASSÉ

(ASSÉ)

dimanche 27 mars 2005

Gratuité scolaire

1- L’ASSÉ revendique la gratuité scolaire à tous les niveaux et indépendamment de l’origine nationale ou provinciale de l’étudiante ou de l’étudiant.

2- L’ASSÉ exige le retrait immédiat de la Taxe à l’échec.

Prêts et bourses

1- L’ASSÉ se positionne pour que l’étudiant ou l’étudiante soit considéré-e autonome financièrement dès le départ du domicile familial.

2- L’ASSÉ se positionne contre la considération du couple comme une entité, dans le calcul des prêts et bourses ou de toutes autres formes d’aide financière.

3- Pour l’abolition de la contribution parentale, de la contribution du conjoint et-ou de la conjointe et de la contribution de l’étudiante et-ou de l’étudiant.

4- L’ASSÉ se prononce contre le Remboursement Proportionnel au Revenu.le

5- L’ASSÉ revendique des changements majeurs au régime des prêts et bourses.

6- L’ASSÉ exige une révision des prêts et bourses concernant les familles monoparentales.

Financement public

1- L’ASSÉ se positionne en faveur de la gratuité complète et universelle de l’éducation et de l’ensemble des services sociaux et publics.

2- L’ASSÉ se positionne en faveur d’un revenu minimum garanti pour toute personne résidant au Québec.

3- L’ASSÉ se positionne en faveur d’une augmentation significative de l’impôt des entreprises et des personnes à revenus élevés et pour que les gouvernements prennent toutes les mesures nécessaires pour en finir avec l’évasion fiscale afin de financer les deux mesures précédentes.

4- L’ASSÉ exige du gouvernement québécois qu’il réinvestisse massivement dans le système d’éducation et dans l’ensemble des programmes sociaux.

Privatisation

1- L’ASSÉ revendique l’étatisation de tous les établissements scolaires privés (à but lucratif ou non).

Considérant que les plans de réussite et de diplomation sont une forme de financement conditionnel, l’ASSÉ se positionne contre une telle mesure.

2- L’ASSÉ boycotte toutes évaluations qui visent à implanter dans nos institutions les conditions favorables à l’application des règles du marché.

3- L’ASSÉ réitère son opposition à la présence de représentants et représentantes de l’entreprise privée sur les instances des institutions d’enseignement de même qu’à toute forme de partenariat public-privé en matière de formation et de recherche.

Démocratisation

1- Pour le retrait de tous les agents et-ou toutes les agentes extérieur-e-s des Conseils d’administration des Cégeps ;

Pour la création d’un comité externe qui regroupera ces mêmes agents et-ou agentes, qui aura un membre au conseil d’administration et un droit de recommandation au conseil d’administration ;

L’ajout de deux (2) étudiants et-ou étudiantes au sein du conseil d’administration ;

L’ajout de deux (2) enseignants et-ou enseignantes ;

L’ajout de un-e (1) employé-e de soutien ;

L’ajout de un-e (1) professionnel-le non-enseignant-e ;

L’ajout du directeur et-ou de la directrice à la vie étudiante ;

Le maintien des trois (3) autres membres de la direction ;

Le retrait du droit de vote de la Présidence. Si un vote sur une proposition est égal, on doit : soit en discuter et refaire le vote, soit faire le dépôt de ladite proposition qui serait rediscutée à la prochaine réunion.

(L’ASSÉ étudie une proposition adaptée pour les universités)

Formation post-secondaire

1- Considérant que l’absence de cours de formation générale dans les AEC vise à contourner l’acquisition d’un savoir fondamental, objectif essentiel des cégeps qui se concrétise justement dans la réunion des programmes de formation générale et technique.

L’ASSÉ s’oppose à la création d’AEC qui ne supposent aucun DEC préalable.

2- L’ASSÉ se positionne contre les Attestations d’études collégiales (AEC) qui s’aménagent et se déploient dans un cadre autre que celui du perfectionnement et d’actualisation de la formation.

3- Considérant que le faible taux d’inscription dans certains programmes généraux, techniques ou universitaires pousse les administrations à fermer des programmes ou à diminuer les choix de cours ;

Considérant que l’ingérence du privé dans les nombreux programmes techniques spécialisés des régions amènent à une formation limitée aux compétences requises par une entreprise particulière, et que la survie du programme dépend des subventions versées par cette entreprise ou par une entreprise (souvent locale) particulière ;

Considérant que la spécialisation des institutions collégiales et universitaire en région ainsi que les fusions entre celles-ci diminuent la diversité des disciplines et des programmes ;

Considérant aussi que l’État québécois considère les régions comme des « régions ressources » et que cette mentalité imprègne les choix de programmes dans les institutions et définit le développement économique de ces régions ;

Il importe que l’ASSÉ se prononce pour un investissement massif dans les institutions régionales ainsi que pour la mise en place de moyens sociaux qui améliorent la qualité de vie des régions et freinent l’exode de la population.

4- L’ASSÉ prône une vision de la culture qui va à l’encontre de la marchandisation de la production artistique. Que cette vision qui placerait l’art et la culture en général comme moyen de diffusion des idées et des conceptions du monde, intègre les programmes d’art au collégial et à l’université ainsi que les moyens d’action prônés par l’ASSÉ.

5- L’ASSÉ se positionne contre la dénaturation et la disparition de cours complémentaires parce que ceux-ci permettent à l’étudiante et à l’étudiant de se doter de moyens pour jeter un regard critique sur la société.

6- Dans le même esprit, l’ASSÉ se positionne contre la rationalisation de la banque universelle de cours.

Accessibilité

1- L’ASSÉ s’oppose à toute forme de contingentement dans les programmes d’études collégiaux et universitaires, considérant qu’il s’agit d’une entrave à l’accessibilité à l’éducation ; que l’ASSÉ se prononce pour l’abolition de la cote R.

2- L’ASSÉ se positionne en faveur d’un revenu minimum garanti pour toute personne résidant au Québec.

3- Considérant que le Canada n’accordera plus les visas d’étude pour les cours de chimie et de biologie aux étudiantes étrangères et les étudiants étrangers provenant de certains pays du Moyen-Orient (dont l’Irak, l’Iran, la Libye ...)

Considérant que cette position est clairement raciste

L’ASSÉ exige le retrait des restrictions d’émission de visas d’études aux étudiants et étudiantes provenant du Moyen-Orient.

4- Considérant que le réseau des cégeps a été créé pour éviter la centralisation des

Femmes

1- L’ASSÉ se positionne pour l’avortement libre et gratuit.

2- L’ASSÉ se positionne pour des moyens de contraception libres et gratuits.

3- L’ASSÉ se positionne pour la promotion et l’accessibilité des garderies publiques.

4- L’ASSÉ se positionne pour des horaires de garderies adaptées aux horaires de cours.

5- Considérant que nous nous opposons à toute forme de promotion d’un idéal féminin standardisé dont celui modelé par le marché capitaliste,

Démocratie et répression

1- L’ASSÉ dénonce l’utilisation des agents et agentes de sécurité comme outil de répression dans les institutions scolaires.

2- Que tous les établissements scolaires soient déclarés zones démilitarisées, que par le fait même, le recrutement pour l’armée soit interdit.

3- Considérant que la répression et l’intimidation sont de plus en plus utilisées comme outil pour mettre fin à la contestation,

L’ASSÉ réitère sa position en faveur du droit inaliénable à la dissidence.

Mondialisation

1- L’ASSÉ se prononce contre la Zone de Libre-Échange des Amériques et exige le retrait du gouvernement canadien du processus de négociation. Elle dénonce aussi la militarisation de la ville de Québec, ainsi que la répression et l’intimidation politiques et policières effectuées actuellement dans le cadre du Sommet des Amériques en avril.

2- L’ASSÉ encourage la consommation responsable dans le cadre de la lutte contre la mondialisation.

International

1- L’ASSÉ s’oppose à toute intervention militaire du Canada en Afghanistan ou dans tout autre pays, et à toute aide en ce sens.

2- Considérant qu’une guerre contre l’Irak constitue un danger pour l’ensemble des populations mondiales et un crime contre l’humanité,

L’ASSÉ revendique, si le Canada donne son appui diplomatique :

- L’arrêt de toute implication directe dans le conflit ;

- Que les sommes attribuées à la Défense soient transférées dans les programmes sociaux, notamment dans l’éducation ;

- Et, que le Canada utilise tout ses recours diplomatiques pour stopper la guerre.

Logement

1- L’ASSÉ appuie tous squats et toutes luttes oeuvrant dans ce domaine ayant pour but la réappropriation du logement, la lutte à l’itinérance, la lutte à la pénurie de logement et la lutte à la gentrification.

2- Considérant que le droit au logement est fondamental et inaliénable, l’ASSÉ se positionne :

• Pour la mise sur pied d’un programme d’hébergement d’urgence impliquant la location de chambres d’hôtel ou de motel et l’utilisation d’immeubles publics vacants pouvant servir à loger provisoirement des ménages sans-logis. L’entreposage des meubles doit aussi être prévu.

• Pour l’ajout de suppléments au loyer dans le programme d’urgence mis sur pied pour le premier juillet 2001 et qui est maintenant épuisé. Certains types de ménages n’ayant pas eu droit à cette aide doivent y être éligibles, dont les personnes réfugiées. Le gouvernement doit également s’assurer que ce programme soit appliqué dans toutes les villes où les ménages risquent de se retrouver sans logis.

• Pour l’abolition immédiate de la coupure de 50$ pour le partage de logement, malgré la décision contraire prise par le gouvernement ou, au minimum, assurance que tout ménage assisté social impliqué dans une situation d’hébergement ne sera pas victime de cette coupure, tant et aussi longtemps qu’il sera dans cette situation.

• Pour le financement d’une vaste campagne médiatique visant à rappeler aux propriétaires que la discrimination est criminelle et qu’ils et elles s’exposent à de lourdes amendes s’ils s’y adonnent. Pour que cette menace soit prise au sérieux, des agents-enquêteurs doivent être déployés sur le terrain pour piéger les propriétaires fautifs et fautives et porter eux-mêmes ces causes devant la commission des droits de la personne.

• Pour la construction de 8000 nouveaux logements sociaux.

• De plus, les étudiants et les étudiantes devraient avoir droit à un service de résidence accessible, public et de qualité.

Politiques gouvernementales

1- L’ASSÉ exige l’annulation immédiate et intégrale de la réforme Legault.

Dans cette perspective, elle dénonce toutes formes de rationalisation des programmes, de financement conditionnel (contrat de performance et plan de réussite et de diplômation...) et toutes formes d’arrimage du système d’éducation aux lois du marché et du capital ;

2- L’ASSÉ s’oppose au consensus du Sommet du Québec et de la Jeunesse (SQJ) et des mesures qui en découlent (contrat de performance, plan de réussite, politique jeunesse).

Principes d’action

1- L’ASSÉ conserve son autonomie face aux organisations politiques, notamment les partis politiques et l’État, au niveau du discours et de l’organisation.

Considérant que toutes négociations sous-entendent des compromis de toutes Parties ;

Considérant que toutes négociations permettent une abrogation de pouvoir centrale substantielle ;

Considérant que le mouvement étudiant depuis les dix dernières années subit d’énormes reculs dû principalement au fait que la stratégie prédominante de certaines organisations étudiantes reposait sur la négociation, et que celle-ci fut vouée à l’échec.

Considérant que la logique de lobbying en est une d’embourbement car elle ne peut que se reproduire elle-même, du fait que la présence sur le terrain en devient de plus en plus difficile, et que la seule alternative ne devient que le lobbying.

L’ASSÉ s’oppose à toute forme de lobbying et de négociation, non légitimé par la présence d’un rapport de force significatif par la base étudiante.

2- Que l’ASSÉ rejette la proposition de la FECQ dans le dossier de la taxe à l’échec, notamment en ce qui concerne la Mesure d’Encadrement Individuel et l’acceptation des plans de réussite au niveau collégial.

(tiré du site de l’ASSÉ)