La Gauche

Accueil > Politique québécoise > Modernisation du CHUM en mode PPP : « Une décision aberrante »,

Modernisation du CHUM en mode PPP : « Une décision aberrante »,

mercredi 8 avril 2009


Françoise David - Le 30 mars 2009

Tiré du site de Québec Solidaire


Montréal, le 30 mars - Québec solidaire juge aberrante la décision du gouvernement d’aller de l’avant avec le projet de construction du CHUM en PPP.

« C’est une décision que nous dénonçons vivement, a lancé la porte-parole de Québec solidaire Françoise David. Quel est l’intérêt pour le gouvernement de lancer cet appel d’offres alors qu’il semble se dégager un consensus allant des propres ingénieurs du gouvernement, en passant par des médecins et des éditorialistes, à l’effet que la construction du CHUM en PPP coûtera plus cher et sera inefficace ?

« Par ailleurs, on se demande bien comment, en temps de crise, les consortiums retenus feront pour aller chercher du financement, à moins de cogner à la porte du gouvernement pour qu’il leur offre une garantie de prêt.

« Mais à qui profitera donc ce PPP ? Une chose est sûre : certainement pas aux contribuables qui devront vraisemblablement porter le fardeau du risque sur leurs épaules. Le gouvernement pousse en effet l’aberration jusqu’à envisager de garantir les emprunts des promoteurs privés alors que les PPP sont prétendument destiné à faire porter les risques financiers par les partenaires privés », a ajouté Françoise David.

« L’obstination du gouvernement à poursuivre sur la voie des partenariats public-privé tient de l’aveuglement idéologique. Comment décrire autrement le comportement de ce gouvernement qui plutôt que d’abandonner les PPP devant les exemples de fiascos qui s’accumulent, », s’est pour sa part interrogé le député de Mercier Amir Khadir.

« Il faut un moratoire sur tous les projets réalisés en partenariat public-privé, en commençant par celui du CHUM. Au lieu de gaspiller les deniers publics en contrats avantageux pour les promoteurs privés, le système de santé a plutôt un urgent besoin de fonds pour faire rouler ses salles d’opération et pour former des infirmières et des pharmaciens cliniques », a conclu Amir Khadir