La Gauche

Accueil > Politique québécoise > Luttes étudiantes > "Nous sommes carrément dans le rouge "

"Nous sommes carrément dans le rouge "

CASSÉÉ-Les étudiants et étudiantes en grève répondent au Premier ministre Charest

samedi 5 mars 2005

Mardi 1er mars 2005 (Montréal) - Les représentants et représentantes de la Coalition de l’ASSÉ élargie (CASSÉÉ) répondent favorablement à l’offre de rencontrer le ministre de l’Éducation Jean-Marc Fournier lancée hier par le Premier ministre Jean Charest.

" Nous considérons une rencontre avec le ministre Fournier dans les prochains jours. Nous déplorons par contre les déclarations inexactes du Premier ministre, qui persiste à nier la problématique de l’accessibilité réduite du système d’éducation québécois depuis la réforme drastique du régime d’aide financière ", souligne Eric Martin, porte-parole de la CASSÉÉ.

Le Premier ministre a présenté hier les étudiants et étudiantes comme étant les " mieux traités au monde " alors qu’ils et elles sont plutôt " carrément dans le rouge " depuis la réforme des prêts et bourses. L’endettement étudiant a en effet augmenté de 65%, atteignant jusqu’à 21 500$ pour un premier diplôme. Les grévistes invitent donc la population à porter un carré rouge à la boutonnière en signe de solidarité.

" Plus de 45 000 étudiants et étudiantes sont actuellement en grève. Nos actions seront créatives et festives. Nous n’appelons pas à la violence, et nous encourageons aussi la population à se joindre à nous, notamment à l’occasion de la manifestation du 12 mars, qui se veut intergénérationnelle et inclusive ", explique Xavier Lafrance, porte-parole de la CASSÉÉ.

Rappelons que la CASSÉÉ a adopté en fin de semaine dernière un plan d’action prévoyant des manifestations et des événements culturels qui se multiplieront dans les prochaines semaines dans le cadre de la campagne de grève étudiante.

La Coalition de l’Association pour une solidarité syndicale représente la majorité des 45 000 étudiants en grève pour l’abolition de la réforme des prêts et bourses et l’arrêt de la décentralisation collégiale, le tout dans une perspective de gratuité scolaire et d’éradication de l’endettement étudiant.

- 30-

Renseignements : Isabelle Monette, (514) 583-1866