La Gauche

Accueil > Politique québécoise > Québec solidaire > Québec solidaire dénonce vertement la décision du BAPE

Rabaska

Québec solidaire dénonce vertement la décision du BAPE

lundi 9 juillet 2007

Montréal, le 7 juillet 2007 – Lors d’un point de presse tenue sur la place Jacques-Cartier à Montréal, à quelques pas des préparatifs du concert Live Earth décrivant la situation environnementale à l’échelle de la planète, les porte-parole du parti écologiste Québec solidaire, Françoise David et Amir Khadir, ont vertement dénoncé le rapport conjoint du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) et de l’Agence canadienne d’évaluation environnementale portant sur le projet de port méthanier Rabaska, près de Lévis.

Selon Amir Khadir, porte parole de Québec solidaire, le projet Rabaska représente de nombreux dangers : « Ce projet comporte de sérieux risques pour notre environnement, des risques de défigurement du paysage et même potentiellement des risques physiques. Le BAPE reconnaît cela mais demande aux Québécois d’assumer tous les inconvénients inhérents à un tel projet pour en faire bénéficier nos voisins ontariens et américains qui peuvent très bien s’organiser par eux-mêmes pour diversifier leurs sources d’énergie. En fait, les promoteurs privés sont les principaux bénéficiaires d’un projet nocif pour le Québec. Pour Québec solidaire, le Québec n’est pas à vendre. »

Le projet de port méthanier comporte des inconvénients majeurs. Le rapport conjoint nous apprend que le site prévu pour l’installation des équipements abrite 7 espèces de plantes à statut précaire dont deux sont menacées et que le projet sera une perte d’habitat pour celles-ci, mais on compte sur la bonne volonté des promoteurs pour compenser les pertes (p. 235). De plus, on reconnaît la « haute valeur patrimoniale de la côte de Beaumont » et on déclare que « les ouvrages prévus dans la falaise altéreraient le paysage » mais on se borne à s’en remettre à la bonne volonté du promoteur qui devra « assurer la meilleure intégration possible de ses installations... » (p. 121). Il faudra aussi modifier le zonage agricole et obliger des familles à déménager au moins temporairement. Mais surtout, on reconnaît que le projet fera augmenter de 125 000 tonnes nos émissions de gaz à effet de serre au Québec et que cela est incompatible avec nos engagements face à l’accord de Kyoto (p. 89). Pour Québec solidaire, ce non-sens n’a pas sa place dans un Québec moderne respectueux de son environnement et de ses citoyens.

Françoise David, porte parole de Québec solidaire, propose à ses concitoyennes et concitoyens de se mobiliser : « Aujourd’hui, c’est un véritable choix de société que nous devons faire : veut-on au Québec développer des énergies fossiles polluantes, ou des énergies vertes et renouvelables ? Le projet Rabaska, c’est 125,000 tonnes additionnelles de gaz à effet de serre par année ! Acceptons-nous de privatiser nos ressources énergétiques, nous qui sommes fiers d’être « Maîtres chez nous » ? Acceptons-nous qu’un gouvernement abdique devant sa responsabilité de développer une vision d’ensemble quant à sa stratégie énergétique et de la soumettre au peuple québécois ? Alors qu’un projet pire encore que celui du Suroît est sur le point de voir le jour, il est clair que l’opposition va s’organiser ! »

Pour Valérie Guilloteau, porte-parole de Québec solidaire en Chaudière-Appalaches, ce sont les institutions démocratiques même qui sont remises en cause par cette décision. « Oui, les citoyens ont pu s’exprimer, et le rapport du BAPE en fait largement mention. Mais étrangement, aucune des conclusions du rapport n’est en lien avec ce qui a été dit. » Toujours selon elle, le fait que le BAPE reçoive le mandat d’un gouvernement largement sujet au lobbying des grandes compagnies comme Gaz Metro fait que l’on est en droit de douter de notre réel pouvoir comme citoyen.

Québec solidaire est un parti de gauche écologiste, démocrate, féministe, altermondialiste et souverainiste consacré à la promotion et à la défense du bien commun et de la justice sociale.

- 30-

Source : Sabine Friesinger
Responsable aux communications
Cell : 514-961-5238