La Gauche

Accueil > Gauche socialiste > Quatrième Internationale > comité international 2006 > Solidarité avec les travailleuses et les travailleurs licenciés de la (...)

Solidarité avec les travailleuses et les travailleurs licenciés de la SEAT

DÉCLARATION DU COMITÉ INTERNATIONAL DE LA IVE INTERNATIONALE

dimanche 30 mars 2008

La direction du Groupe VW a attaqué le personnel de SEAT de Barcelone, l’une des marques du groupe, en licenciant 660 travailleuses et travailleurs. Cette agression fait partie d’une offensive contre l’emploi et les droits du travail de tous les travailleurs de la multinationale, comme le démontrent les annonces de nouvelles mesures anti-ouvrières qui affecteront les autres centres du travail en Europe.

Au lieu d’organiser l’opposition à l’offensive de VW en impulsant la mobilisation unitaire des travailleurs dans toutes les usines du groupe VW, et en développant la solidarité avec les travailleurs touchés, les directions syndicales se sont limitées à la gestion du conflit dans leur propre pays et, dans le cas de la SEAT, ont mis fin au conflit en signant pour la première fois dans une grande entreprise un accord acceptant les licenciements. De plus, elles ont pris part à la confection de la liste des licencié(e)s, qui est discriminatoire du fait du sexe, de l’appartenance syndicale, des handicaps physiques etc.

L’autorisation de ces licenciements par le Département du travail, qui dépend du gouvernement de la gauche plurielle en Catalogne, constitue un fait très grave, qui met en valeur le caractère social-libéral de ce gouvernement, démoralise sa base sociale et contribue à préparer le retour de la droite.

La pratique syndicale honteuse qui consiste à accepter les licenciements comme inévitables doit être bannie du mouvement syndical. Car si elle se généralisait, elle conduirait à une grave défaite du mouvement ouvrier international.

Par conséquent la solidarité avec les travailleuses et les travailleurs licenciés de la SEAT, le soutien à leur lutte pour la réintégration sans perte de droits acquis, est une tâche que doivent saisir tous ceux qui sont solidaires, internationalistes et anticapitalistes.

Nous appelons à :

— envoyer des messages de solidarité à l’Assemblée des licenciés de SEAT ;

— exiger de la direction du groupe VW et de la SEAT l’arrêt de son offensive anti-ouvrière et la réadmission des licenciés ;

— soutenir le recours contre le dossier des licenciements et exiger de l’administration de la Généralité de Catalogne son annulation.

14 février 2006