La Gauche

Accueil > Politique québécoise > Québec solidaire > Première candidate pour Québec solidaire

Première candidate pour Québec solidaire

Mélanie Bergeron (Courrier Laval)

dimanche 5 mars 2006

La coordonnatrice du Centre de femmes de Laval
Première candidate pour Québec solidaire

La coordonnatrice du Centre de femmes de Laval a été élue à l’unanimité dans le comté de Sainte-Marie Saint-Jacques, à Montréal. Ce comté est celui que Jean Charest avait offert à André Boisclair, chef du Parti québécois, qui a décliné l’offre. Forte de son expérience dans le milieu communautaire, Manon Massé a participé à la création du parti Option citoyenne, mené par Françoise David et qui a fusionné avec l’Union des forces progressistes (UFP).

Pourquoi se lancer en politique ? « C’est une continuité dans mon travail. Il est temps qu’un parti politique vienne ébranler les vieux partis. Cette opportunité me donnera un levier de plus pour le changement social. Québec solidaire n’est qu’un outil de plus pour les mouvements sociaux, qui sont essentiels », dit-elle après sa victoire.

Son comté abritant le village gai, Manon Massé compte lutter contre l’homophobie, qu’elle estime encore bien présente. « Les enfants des gais et lesbiennes sont souvent rejetés et se coupent de leur famille. Il y aussi encore beaucoup de tabous dans les métiers de policier et de pompier. » La pollution fait aussi partie de ses préoccupations, puisque son comté inclut une partie du centre-ville.

Implication sociale

Manon Massé s’est consacrée à différentes causes, dont celle de la lutte contre la pauvreté, pour la reconnaissance des conjoints de même sexe et pour la diminution du temps de parrainage pour les femmes immigrantes. Le comté Ste-Marie St-Jacques rejoint ses positions et rassemble des gens de tous ces milieux.

« Je suis moi-même issue de la classe populaire. Ce sont des gens qui me ressemblent et ça fait plus de 20 ans que je lutte côte à côte avec eux. » Elle a aussi fait partie de l’organisation de la marche mondiale des femmes.

La démocratie doit appartenir à l’ensemble de la population et non à la minorité réunie à l’Assemblée nationale, selon Manon Massé. « Les élections n’existent pas seulement pour faire un X une fois aux quatre ans. C’est une occasion démocratique de débattre des idées. Québec solidaire veut susciter un débat et permettre aux citoyens d’entendre un autre discours. Ma job, c’est pas de serrer des mains. Ma job, c’est de m’asseoir avec les gens. » Manon Massé déplore que depuis les 20 dernières années, le taux de participation aux élections diminue toujours.

Elle croit aussi que le parti Québec solidaire est là pour rester. « Nous ne faisons pas tout ce travail pour seulement cinq ans. Plus nous allons parler avec les gens, plus ils vont nous reconnaître, affirme-t-elle. « Le modèle politique est tellement défini que de vouloir faire autrement peut nous valoir des railleries. Des gens vont penser que nous ne sommes pas sérieux, mais nous sommes convaincus que ce qu’on met de l’avant, c’est nécessaire. »

Lorsque les élections seront déclenchées, la nouvelle candidate se retirera du Centre de femmes durant un mois et demi pour faire campagne. En attendant, elle se réjouit de son investiture et se prépare à rencontrer la population.

(tiré du Courier Laval)
http://courrierlaval.com/pages/article.php?noArticle=23104