La Gauche

Accueil > Débats politiques > Le développement : ça dure énormément

Débat sur le développement durable

Le développement : ça dure énormément

par Jean-Marie Harribey

lundi 21 février 2005

A la fin du mois d’août 2002 se tiendra à Johannesburg une conférence de l’ONU consacrée au(x) problème(s) du développement. Déjà, un surnom a été donné à cette conférence : " Rio + 10 ", car elle se tiendra dix ans après celle de 1992 à Rio de Janeiro au cours de laquelle on bavarda sur le développement soutenable ou durable censé résoudre la pauvreté et épargner la nature. Maintes résolutions y furent adoptées, notamment pour éviter le réchauffement climatique, protéger la biodiversité et arrêter la déforestation. L’heure d’un

premier bilan des actions entreprises est venue. Il est tellement mince qu’on peut se demander si le monde n’est pas retourné trente ans en arrière quand l’ONU organisait en 1972 une première rencontre internationale à Stockholm sur les mêmes questions.

Johannesburg = Rio + 10 ou Rio - 20 ?

Depuis un demi-siècle, les déclarations généreuses contre la pauvreté, la malnutrition et l’analphabétisme, annonçant une action résolue pour mettre fin au sous-développement, n’ont pas manqué. Si la conférence de Stockholm, bien qu’exposant déjà la nécessité d’un éco-développement, était passée inaperçue, celle de Rio avait marqué les esprits parce que, avec une belle unanimité, tous les pays du monde avaient affirmé leur adhésion à " un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs "1.

Mais lorsqu’il s’est agi de mettre en musique la belle partition écrite à Rio, il n’y avait plus personne pour l’exécution. Les économistes libéraux fondaient une nouvelle discipline, l’économie de l’environnement, en théorisant la possibilité de substituer éternellement du capital technique au capital naturel épuisé grâce à un progrès technique infini et en définissant l’amélioration du bien-être par l’augmentation perpétuelle de la consommation, marchande bien entendu. Les experts américains justifiaient l’exportation des déchets industriels vers les pays pauvres " trop peu pollués " à leurs yeux et les multinationales organisaient les délocalisations des entreprises polluantes vers les mêmes contrées. Les gouvernements des pays riches rechignaient à prendre des mesures écologiques car ils savaient qu’elles auraient heurté les intérêts des lobbies de groupes industriels et financiers comme ceux du nucléaire ou du transport, et qu’elles auraient entraîné une remise en cause des habitudes de consommation gaspilleuses de leurs populations. La difficulté d’introduire une fiscalité sur le transport routier et sur les carburants illustre bien ce dernier point.

Le protocole élaboré à Kyoto en 1997 pour réduire l’émission des gaz à effet de serre responsables du réchauffement climatique et qui a abouti à l’accord de Marrakech en 2001 comporte des failles béantes. Les Etats-Unis ont refusé de s’engager alors qu’ils sont les premiers pollueurs de la planète. Tous les pays riches ont obtenu des aménagements concernant leurs obligations en échange d’une hypothétique aide apportée aux pays pauvres pour que ceux-ci investissent dans des procédés de fabrication non polluants. La répartition des permis d’émission se fera par le biais d’un marché fonctionnant comme une bourse spéculative. Bref, la recherche du profit conduit à la dévastation de la planète et le marché est chargé d’y remédier. C’est comme si l’on confiait les clés de la maison au cambrioleur ou la boîte d’allumettes au pyromane.

Les problèmes du développement

La phase de préparation de la conférence de Johannesburg s’est achevée par la rencontre de Monterrey au Mexique du 18 au 22 mars 2002. Un " consensus de Monterrey " a été négocié dans les coulisses et présenté comme marquant le début d’un nouveau partenariat entre pays riches et pays pauvres afin de résoudre le problème du financement du développement.

Le document adopté est un monument d’hypocrisie. Il réaffirme tous les dogmes libéraux qui ont conduit au désastre de nombre de pays au cours des vingt dernières années : il faut une bonne " gouvernance ", sous-entendu l’austérité budgétaire et salariale ; et il faut s’inscrire dans le libre-échange généralisé, sous-entendu la concurrence entre le pot de fer et le pot de terre. Le silence est fait sur près de trois décennies de plans d’ajustement structurel mettant à genoux les pays soumis aux diktats du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale, sur l’amoncellement de la dette à cause de taux d’intérêt exorbitants et sur les crises sociales majeures dues à cet assujettissement dont l’Argentine est le dernier exemple en date.

Oubliant et voulant faire oublier qu’ils en ont été les fossoyeurs, les dirigeants des grandes institutions financières s’affichent maintenant comme les nouveaux chevaliers blancs de la défense des opprimés. Michel Camdessus, qui dirigea le FMI de 1987 à 2000 (période la plus noire des plans d’ajustement structurel), porte maintenant la bonne parole, promettant une mondialisation à visage humain2 tout en refusant l’annulation de la dette du tiers-monde3. Il appelle les pays pauvres à s’intégrer dans l’économie mondiale car " un pays qui décolle est un marché qui s’ouvre à nos produits "4. Le cynisme tient lieu de politique. Ayant approuvé en son temps tous les reniements des engagements en faveur d’une augmentation de l’aide aux pays pauvres, il sermonne aujourd’hui les gouvernements pour respecter la " parole donnée ". Son successeur à la tête du FMI, Horst Köhler a déclaré : " Les Argentins ne s’en sortiront pas sans douleur "5. La politique du pire mâtinée d’un peu de compassion hypocrite et méprisante tient lieu de morale. Ecoutons encore M. Camdessus, bon apôtre : " Le succès social des politiques de développement, c’est-à-dire la participation de tous au projet collectif, la transparence, la réduction des inégalités, est aussi une condition pour faire réussir les politiques de rigueur. "6 La saignée plus la purge, seuls remèdes connus des thérapeutes libéraux. La saignée pour les victimes d’hémorragies. La purge pour les malades de dysenterie. Car " on n’arrivera pas sans douleur à humaniser la mondialisation "7. C’est le refrain des intégristes de la religion libérale qui pensent que les pays pauvres ont des problèmes de développement. Et si le développement n’était pas la solution mais le problème justement ?

Le développement est un problème

Deux raisons peuvent justifier ce renversement de problématique. Premièrement, le type de développement qui prévaut dans le monde est celui qui est né en occident, impulsé par la recherche du profit en vue d’accumuler du capital, et qui se solde aujourd’hui par une dégradation majeure des écosystèmes, par une aggravation considérable des inégalités, par l’exclusion d’une majorité d’êtres humains de la possibilité de satisfaire leurs besoins les plus élémentaires comme l’alimentation, l’éducation et la santé, et par l’anéantissement des modes de vie traditionnels. Deuxièmement, en imposant ce développement à la planète entière, le capitalisme produit une déculturation de masse : la concentration des richesses à un pôle fait miroiter l’abondance inaccessible à des milliards d’êtres situés à l’autre pôle et dont les racines culturelles dans lesquelles ils puisaient le sens de leur existence et leur dignité sont peu à peu détruites.

Faut-il en déduire qu’" il faut en finir, une fois pour toutes, avec le développement "8, comme l’exprime Serge Latouche, parce qu’il ne peut être autre que ce qu’il a été ? La question ne peut être tranchée aussi facilement pour plusieurs raisons. La première tient au fait que, vu l’étendue des besoins primordiaux insatisfaits pour une bonne moitié de l’humanité, les pays pauvres doivent pouvoir connaître un temps de croissance de leur production. A ce niveau-là, il est faux d’opposer quantité produite et qualité car, pour faire disparaître l’analphabétisme, il faut bâtir des écoles, pour améliorer la santé, il faut construire des hôpitaux et acheminer l’eau potable, et pour retrouver une large autonomie alimentaire, les productions agricoles vivrières répondant aux besoins locaux doivent être promues.

La deuxième raison pour laquelle la notion de développement ne peut être prestement évacuée est que l’aspiration à un mieux-être matériel est devenue globale dans le monde. Et il serait mal venu pour des occidentaux éclairés d’en contester la légitimité au prétexte que cette aspiration ne serait que la résultante de l’intériorisation par les peuples dominés des valeurs des dominants, contribuant à reproduire les mécanismes de la domination. Certes, l’imitation du développement occidental par tous les peuples du monde, d’une part, condamne ces peuples à courir perpétuellement après leurs modèles puisque le mode de vie gaspilleur des riches n’est pas généralisable, et, d’autre part, voue la planète elle-même à une détérioration inexorable. Mais au nom de quoi peut-on laisser 20% des habitants de la Terre continuer de s’accaparer 80% des ressources naturelles ? Il est donc urgent de poser le problème autrement.

Un peu d’air frais ?

Deux pièges sémantiques doivent être déjoués comme autant d’écueils. Le premier serait de se satisfaire du concept, devenu un lieu commun, de développement durable ou soutenable. S’il s’agit de faire durer encore le développement qui dure déjà depuis deux siècles et qui dégrade les hommes et la nature, autant dire qu’il s’agit d’un oxymore9 mystificateur car, soit il n’est possible que pour une minorité de plus en plus restreinte, soit il n’est possible pour personne dès qu’on veut l’étendre à tous. Dans le premier cas, il est explosif socialement ; dans le second, il l’est écologiquement. Dans les deux cas, il est mortifère car le capitalisme ne peut développer sa dynamique d’appropriation des richesses naturelles et des richesses produites qu’en raréfiant les ressources limitées et en renforçant l’exploitation de la force de travail.

Le second écueil serait de se tromper sur la nature du développement. Le développement dont on voit les dégâts aujourd’hui et dont on perçoit les dangers s’il devait perdurer n’est pas simplement le productivisme engendré par le tourbillon technique et l’ivresse scientifique ou scientiste. Ce n’est pas non plus le résultat d’un économisme qui serait commun à tous les systèmes de pensée, nécessitant de renvoyer dos-à-dos le libéralisme et la critique de celui-ci. Le développement connu jusqu’ici est historiquement lié à l’accumulation capitaliste au profit d’une classe minoritaire. De même, son envers, le sous-développement, n’est pas sans liens avec les visées impérialistes du capital, notamment dans sa phase d’accumulation financière actuelle. Dissocier la critique du développement de celle du capitalisme dont il est le support reviendrait à dédouaner celui-ci de l’exploitation conjointe de l’homme et de la nature. Or, sans la première, le système n’aurait pu tirer parti de la seconde ; sans la seconde, la première n’aurait eu aucune base matérielle. Il en résulte que " sortir du développement " sans parler de sortir du capitalisme est un slogan non seulement erroné mais mystificateur à son tour. Et donc, la notion d’" après-développement " n’a aucune portée si celui-ci n’est pas simultanément un après-capitalisme.10 Séparer les deux dépassements est aussi illusoire que de vouloir " sortir de l’économie "11 dont certains disent qu’elle ne pourrait être différente de ce qu’elle est, ou que de construire une " économie plurielle "12 mariant capitalisme et solidarité.

Ce qui précède n’est pas une simple querelle théorique. Cela a une importance pratique primordiale. Si l’on met en question le capitalisme et le développement qui lui est consubstantiel, on procède à une analyse de classes et on fait donc une distinction radicale entre les besoins des exploités, des " naufragés ", des " gueux ", bref des pauvres, et ceux des exploiteurs, des dominants, des gaspilleurs, bref des riches sur cette planète. Aussi, le projet d’abandon du développement sans toucher à sa matrice historique capitaliste est-il bancal13 et celui d’abandon du développement sans discernement, mettant tout le monde sur le même plan, logeant à la même enseigne ceux qui doivent choisir entre mourir de soif ou boire l’eau du marigot et ceux dont le dilemme se résume à acheter des actions Microsoft ou Vivendi, est-il irresponsable, indécent et, de surcroît, irréaliste.

Je défends l’idée d’un développement différencié dans son objet, dans l’espace et dans le temps :

- dans son objet : il y a des productions qui méritent d’être développées dans le monde, principalement celles qui visent à satisfaire des besoins vitaux, notamment en matière d’éducation, d’hygiène et de santé, d’énergies renouvelables et de transports économes ; d’autres productions doivent en revanche être limitées et ensuite réduites, l’agriculture intensive délirante, l’automobile et l’ensemble du " système automobile " en étant les meilleurs exemples ; la réorientation de la production concerne les pays pauvres et les pays riches ;

- dans l’espace : les pays pauvres doivent pouvoir bénéficier d’une croissance dynamique pour répondre aux besoins d’une population qui connaîtra encore pendant quelques décennies une expansion importante ; les pays riches doivent, eux, enclencher une décélération de leur croissance économique globale en recherchant des modes de répartition des richesses beaucoup plus équitables et une utilisation de tous les gains de productivité pour réduire le temps de travail dès lors que les besoins - à ne pas confondre avec les désirs - sont satisfaits ;

- dans le temps : la décélération immédiate de la croissance pour les pays riches, simultanément réorientée, doit être conçue comme une phase de transition donnant aux populations le temps et l’envie de reconstruire leur imaginaire, façonné par deux siècles de mythe de l’abondance et intériorisé au point d’en faire un maillon essentiel de la chaîne de leur " servitude involontaire "14 ; ce n’est qu’après cette phase de transition que l’on pourra envisager d’organiser la " décroissance "15, seule à même de garantir une soutenabilité à long terme.

Ce projet de décélération immédiate de la croissance pour les pays hyper développés pour, à terme, envisager la " décroissance " n’est réalisable que si les inégalités ont très fortement décru en leur sein, permettant alors la diminution des inégalités entre les classes pauvres des pays pauvres et le reste du monde16. C’est dire combien les moyens de financement pour les pays pauvres et surtout l’annulation de leur dette sont indispensables, mais qu’ils sont loin de résoudre la question principale et, pire, pourraient la dissimuler. Car un autre " progrès " humain, qu’on hésite bien sûr à appeler " développement " tellement ce concept est connoté, est inséparable de l’émergence et de l’épanouissement d’un autre rapport social fondamental. Vous avez dit " autre rapport social " ? Autre que le capital, donc. Pour respirer un peu d’air frais.


(1) Rapport Brundtland, Notre avenir à tous, Fleuve, 1987, p. 51.
(2) M. Camdessus, " Humaniser la mondialisation ", Sud Ouest, 17 octobre 2000.
(3) M. Camdessus, Conférence à l’Athénée de Bordeaux, 27 mai 2000.
(4) M. Camdessus, " Tenir la parole donnée ", Sud Ouest Dimanche, 7 avril 2002.
(5) H. Kôhler, Le Monde, 23 janvier 2002.
(6) M. Camdessus, " Coupons la dette en deux ", Sud Ouest, 27 mai 2000, souligné par moi.
(7) M. Camdessus, " Humaniser la mondialisation ", op. cit.
(8) S. Latouche, " Les mirages de l’occidentalisation du monde : En finir, une fois pour toutes, avec le développement ", Le Monde diplomatique, mai 2001.
(9) Cette idée est défendue avec raison depuis longtemps par S. Latouche " A bas le développement durable ! Vive la
décroissance conviviale ! ", Silence, n° 280, février 2002.
(10) J’ai développé ce point dans J.M. Harribey, L’économie
économe, Le développement soutenable par la réduction du temps de travail, L’Harmattan, 1997 ; " Marxisme écologique ou écologie politique marxienne ", in J. Bidet, E. Kouvelakis (dir.), Dictionnaire Marx contemporain, PUF, 2001, p. 183-200 ;
La démence sénile du capital, Fragments d’économie critique, Ed. du Passant, 2002.
(11) A. Caillé, " Sortir de l’économie ", in S. Latouche (dir.), L’économie dévoilée, Du budget familial aux contraintes planétaires, Ed. Autrement, n° 159, 1995.
(12) Voir ma critique dans La démence sénile du capital, op. cit.
(13) L’hypothèse sous-jacente à mon argumentation est que si le capitalisme a nécessairement besoin du développement, l’inverse n’est pas vrai.
(14) A. Accardo, De notre servitude involontaire, Lettre à mes camarades de gauche, Agone, Comeau & Nadeau, 2001.
(15) N. Georgescu-Roegen, La décroissance : Entropie-Ecologie-Economie, Sang de la terre, 1995.
(16) J’ai développé ce point dans L’économie économe, op. cit.

Jean-Marie Harribey

(Tiré du site du Passant ordinaire)