La Gauche

Accueil > Politique québécoise > Luttes syndicales > Double siège des travailleurs de la Consol au Saguenay

Saguenay Lac-Saint-Jean

Double siège des travailleurs de la Consol au Saguenay

La balle est dans le camp de Jean Charest

jeudi 20 janvier 2005

" La balle est maintenant dans le camp de Jean Charest ". C’est ce qu’a indiqué hier soir le président du Syndicat national des pâtes et papiers de l’usine Port-Alfred, à La Baie, Laval Perron, à l’issue d’une rencontre entre les dirigeants syndicaux, la ministre Françoise Gauthier de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, ministre responsable de la région, le maire de Saguenay, Jean Tremblay et le président de la Conférence régionale des élus, Bernard Généreux.

Laval Perron a fait savoir à la ministre que l’occupation par les travailleurs de l’usine Port-Alfred, fermée pour une durée indéterminée depuis décembre 2003, qui a commencé mardi soir, et le siège à son bureau de comté de Jonquière, qui a débuté mercredi matin, seront maintenus jusqu’à nouvel ordre. Il insiste pour que le premier ministre Charest se présente au Saguenay d’ici mercredi prochain afin qu’il annonce clairement qu’il s’oppose à la fermeture de l’usine. Le 26 janvier, en effet, les actionnaires d’Abitibi-Consolidated (ACI) seront réunis à Montréal.

Les travailleurs reprochent au premier ministre sa " mollesse " face à la compagnie. Le 13 décembre, il avait en effet confié à des journalistes qu’il n’avait pas l’intention d’utiliser la manière forte avec ACI.

Les syndiqué-es sont sortis insatisfaits de la rencontre d’hier. Ils voulaient savoir exactement ce que la ministre Gauthier entendait faire pour empêcher la fermeture de l’usine Port-Alfred. Le syndicat n’en démord pas : " Il faut un projet pour Port-Alfred ", martèle Laval Perron. Rappelons que la compagnie doit clarifier définitivement ses intentions concernant la papeterie d’ici le 15 février prochain.

Réagissant à l’occupation de l’usine, un porte-parole d’ACI a indiqué que l’entreprise suspendait ses relations avec le syndicat tant que le siège continuera. Laval Perron a rétorqué que de toute façon " il n’y a aucune négociation avec Abitibi-Consolidated ".

Au moment de la fermeture de l’usine Port-Alfred, celle-ci employait 640 personnes. Pour les Saguenayens, il s’agit d’un drame autant économique que social.


Source : CSN - 20-01-2005

Pour renseignements :
Laval Perron, président du syndicat : (418) 812-0395 (cellulaire)
Benoit Aubry, Information-CSN : (514) 247-3198 (cellulaire)


(tiré du site de la CSN)