La Gauche

Accueil > International > Le décembre noir du Venezuela

Le décembre noir du Venezuela

mercredi 25 décembre 2002

Le nouveau coup des dirigeants du secteur pétrolier contre le
gouvernement du Venezuela était prévu pour le mois de septembre de
cette année, dans la ligne du coup d’état manqué du mois d’avril
dernier, aussi les francs tireurs utilisés à cette occasion n’ont pas
manqué, pas plus que la collaboration des moyens d’information aux
mains des grands groupes du pouvoir économique.

Pourtant le plus étonnant c’est l’urgence avec laquelle les
putschistes ont voulu en finir avec le gouvernement de Hugo Chavez,
que le peuple a soutenu au moment du coup d’état d’avril, et alors que
la Constitution Bolivarienne considère que "toutes les charges et les
magistratures soumises à l’élection du peuple sont révocables" dès que
les fonctionnaires ont accompli la moitié de leur mandat, ce qui
signifie que Chavez peut être soumis à un référendum de révocation en
août 2003.

Pour les analystes, parmi les urgences il y a la nécessité pour les
Etats-Unis de resserrer le contrôle des réserves pétrolières dans la
région face à la proximité de la guerre contre l’Irak, bien que
Chavez, même après avoir appris le degré d’implication des Etats-Unis
dans le coup d’état du 11 avril, ait réitéré ses promesses de
respecter ses obligations. Le Venezuela vend un million de barils de
pétrole par jour aux Etats-Unis, pays dans lequel il investit des
millions en stations service et en raffineries.

La hâte de certains opposants est aussi à mettre en rapport avec
l’impatience des mentors extérieurs du putschisme, qui pourraient
arrêter de les financer, et avec l’entrée en vigueur, prévue pour
janvier 2003, de la Loi sur les Hydrocarbures, qui pourra permettre au
gouvernement d’agir sur les nominations des dirigeants aux Pétroles du
Venezuela (PDVSA) ainsi que de la Loi sur la Terre, à laquelle
s’opposent les grands propriétaires, très liés aux gouverneurs et aux
maires d’opposition.

Décembre noir faisait partie du plan des chefs d’entreprise, d’après
ce que nous ont déclaré des personnes proches du gouvernement, après
le retentissant échec d’avril qui, bien qu’ayant provoqué des
fractures au sein du complexe éventail de l’opposition, a désespéré
les plus radicaux.

Parmi les plans du coup d’état du secteur pétrolier avancés par notre
journal en septembre dernier, figurait le document numéro cinq de la
Coordination Démocratique, qui soulignait le rôle important joué par
la gérance de PDVSA pour mettre Chavez dos au mur en retardant le
versement de l’argent au gouvernement. Cette entreprise - dans un
contexte de corruption du pouvoir partagée par des groupes privés et
politiques- ne verse qu’un peu plus de 20 % de ses revenus à l’Etat,
le reste partant dans des coûts d’exploitation obscurs.

Tout comme dans les années 80.

Ainsi les urgences rendent plus dense l’ombre du putschisme, présente
avant même que Hugo Chavez ne gagne les élections en 1998. D’abord il
y a eu la conspiration pour empêcher son triomphe, et aujourd’hui on
cherche à le renverser. La Coordination Démocratique où se rejoignent
les groupes dirigeants des entreprises et la vieille classe politique
du bipartisme vaincu a été créée à l’image des coalitions encouragées
dans les années 80 par Washington au Nicaragua ou au Panama.

Formule déjà expérimentée au Chili, quand les groupes civils
préparaient le coup d’état - à coups de concerts de casseroles- aux
côtés d’Augusto Pinochet.

Au Venezuela, les dirigeants d’une centrale syndicale de travailleurs
(CVT) suivent les grèves patronales. Combien d’entreprises au monde
pourraient supporter la fermeture de leurs portes pendant si longtemps
si elles ne bénéficiaient pas d’un appui économique d’envergure, et
combien de travailleurs peuvent résister à l’obligation de suivre leur
patron ? Même si dans le cas du Venezuela il n’y a pas de militaires du
type Pinochet, comme dans le cas du Chili, le gouvernement des
Etats-Unis et ses alliés sont présents tandis que tous les moyens de
communication de masse vénézueliens, mise à part une chaîne de
télévision qui ne peut rivaliser sur le plan technologique, sont aux
mains de l’opposition.

En septembre dernier, dans le reportage sur le Venezuela publié par La
Jornada, se dessinaient déjà clairement les actions du nouveau
mouvement putschiste et le septembre noir, qui finalement n’a pas eu
lieu, était en préparation. A ce moment là, le Tribunal Suprême de
Justice (TSJ) décida qu’il n’y avait pas eu de coup d’état le 11
avril, bien qu’un président ait été emprisonné par des militaires et
que l’on ait décrété la cessation d’activité du Congrès ainsi que de
toutes les institutions démocratiques.

Ces échecs ont renvoyé à la conspiration originelle du secteur
pétrolier. Un rapport détaillé de chercheurs et analystes (dans
l’hebdomadaire vénézuelien Proceso) citait les acteurs du coup d’état
pétrolier, dont une des premières actions, en avril, fut de suspendre
la présence vénézuelienne à l’OPEP et les envois de pétrole à Cuba.
Pour ces analystes, la conspiration de PDVSA s’est accélérée avec la
nomination de l’ex militaire Guaicaipuro Lameda comme président de
cette entreprise d’état en octobre 2001, et avec l’action d’acteurs
politiques tel Luis Giusti, ex président de l’entreprise pétrolière
d’état vénézuelienne et expert pétrolier, entre autres, auprès des
Etats-Unis.

Toujours selon cette analyse, il existait déjà, en avril et en mai
2001, un plan dont l’objectif était de privatiser PDVSA et de
conspirer pour renverser Chavez. Lameda, durant ses cinq mois de
gestion, approcha le secteur militaire putschiste tandis que d’autres
étaient chargés de faciliter les relations avec le secteur civil et
les maires d’opposition (il faut rappeler que, au sein du système
décentralisé en vigueur, chaque mairie contrôle sa police). Les
organismes de renseignement gouvernementaux découvrirent les activités
de Lameda, qui avait, entre autres, rencontré Luis Giusti à
Washington, Henry Kissinger à New York, l’ex-président Carlos Andrés
Pérez à Miami et, bien sûr, les représentants patronaux.

Avec l’éloignement de Lameda commença alors une autre étape, la
conspiration ouverte : on manipula les employés intermédiaires au moyen
de rumeurs de licenciements massifs et d’un contrôle de PDVSA tandis
qu’on établissait les grandes lignes de la paralysie comme ultime
étape du coup d’état, avec l’arrêt des raffineries, la fermeture des
stations service, le débrayage dans les terminaux d’embarquement et
même l’arrêt de la fourniture de kérosène pour les avions.

D’après les informations, les témoignages et les vidéos du coup d’état
d’avril, il ressort que les morts sont nécessaires pour que l’action
soit couronnée de succès. Et dans leurs accords avec Lameda les
militaires putschistes avaient prévenu qu’ils ne pourraient convaincre
d’autres militaires de les rejoindre, "à moins que Chavez n’ordonne la
répression".

Encouragés par l’impunité, les mêmes militaires putschistes revinrent
et s’installèrent sur la Place Francia de Altamira comme en territoire
libéré, et incitèrent publiquement au coup d’état contre un
gouvernement qui ne les avait même pas arrêtés. Malgré toute cette
publicité, ils ne réussirent pas à entraîner d’autres militaires et il
fallut donc organiser le coup d’état patronal et pétrolier actuel.

Les éléments de la conspiration actuelle ont été annoncés par le
Groupe des Jeunes Révolutionnaires Bolivariens, qui fin novembre
signalait que "l’opposition fasciste" avait préparé la répétition du
"livret putschiste du 11 avril". Aujourd’hui comme alors, Carlos
Ortega, dirigeant de la CTV, a été chargé d’appeler à manifester
devant les installations de PDVSA à Chuau, qui, comme le rappelaient
les Jeunes Bolivariens, sont des "zones de Sécurité de l’Etat".

"Tandis que la droite développait ses contacts externes, le groupe
ultra Drapeau Rouge recherchait ceux qu’on appelle les chiens de la
guerre (mercenaires)" ont-ils dénoncé. Ces mercenaires et les
militaires de la Place Francia ont mobilisé des éléments
paramilitaires "pour créer les conditions nécessaires de violence".
Les Jeunes Bolivariens ont eu accès à un document secret envoyé par
l’ambassadeur des Etats-Unis au Pentagone (SD-DIR-VE-01245-TS), qui
donnait des informations sur l’état d’avancement du plan et montrait
la nécessité d’avertir les citoyens étatsuniens non impliqués dans les
actions prévues de rester éloignés du Venezuela. Comment l’ambassade
des Etats-Unis pouvait-elle savoir quelles allaient être les zones de
violence ? se demande le groupe de Bolivariens.

"Faciliter l’appui de systèmes, équipements, matériel, ressources
humaines, qui garantissent les actions des moyens de communication et
les communications entre nos forces (d’opposition), neutraliser les
systèmes de communication du gouvernement et la capacité de
mobilisation du peuple, faire pression sur le TSJ (Tribunal Supremo de
Justicia) et autres institutions d’état pour qu’elles prennent des
décisions allant à l’encontre du gouvernement. Utiliser toutes nos
ressources humaines dans l’industrie pétrolière pour en assurer la
paralysie totale ou au moins à 70%, mobiliser des véhicules, réaliser
barrages et blocus pour empêcher le ravitaillement en carburant et en
nourriture, afin de provoquer le chaos et de déstabiliser la
population", voilà ce qu’établit le document.

Il précise également : "Les dirigeants vénézueliens qui nous appuient
doivent faire en sorte que leur famille quitte le pays, ou au moins
Caracas, au plus tard le dimanche 1 décembre au matin (.) Il est
fondamental d’essayer au moins d’empêcher les forces armées de sortir
de leur casernes. Pour cela il faut utiliser la situation actuelle de
militarisation pour provoquer, médiatiquement et par des actions
violentes, le discrédit de ces éléments."

Accusation contre l’Eglise

Le document révèle que certains secteurs de l’Eglise préparaient les
gens pour qu ils rédigent, dès les 2 et 3 décembre, des déclarations
contre le gouvernement, l’accusant de violence envers la société
civile, "car le gouvernement a provoqué des morts". Comment
savaient-ils alors qu’il allait y avoir des morts ? se demandent les
Jeunes Bolivariens.

Une autre partie du plan est "utiliser tout les pouvoir des medias et
obtenir une déclaration internationale condamnant le Venezuela.
Certains secteurs du Vatican ont donné leur appui sans restriction et
l’Opus Dei (organisation catholique ultraconservatrice) est à l’ouvre.
Certaines multinationales comme, entre autres, Mc Donald’s, General
Motors, Coca-Cola soutiendront la paralysie".

Voici les éléments les plus importants du plan révélé par le groupe
des Jeunes Bolivariens. Ces derniers attirent également l’attention
sur les événements de vendredi sur la Place Francia. Les opposants ont
présenté la photo de l’un des présumés agresseurs aux côtés du maire
pro-Chavez de Caracas Fredy Bernal. On avait donc préparé cette photo
à l’avance. Mais un des détenus a alors avoué qu’il avait été recruté
par des proches des militaires dissidents de la Place Francia. Ce qui
est certain c’est que le Venezuela traverse une étape des plus
critiques et, si la course au coup d’état ne s’arrête pas, cela
pourrait se terminer dans un bain de sang car les Vénézuéliens les
plus humbles, qui appuient Chavez, ne sont peut-être pas disposés à ce
que l’on aille à l’encontre de leur volonté.

La Jornada - México
http://www.jornada.unam.mx/index.html

Grano de Arena 170
Contact pour cet article echla@attac.org Coordination d’information
Amérique latine.


(*) coorditrad@attac.org est l’adresse de secrétariat international
des bénévoles qui coordonnent une équipe de 700 traducteurs répartie
sur toute la planète. Vous aussi vous pouvez participer. Il suffit de
les contacter en précisant votre (ou vos) langue maternelle et les
langues depuis lesquelles vous pouvez traduire. Le travail de
traduction est basé sur le volontariat et ne vous engage pas à
répondre à toutes les demandes tout le temps. Vous travaillez à votre
rythme et en fonction de vos intérêts.

Par La Jornada. Mexico
Traduction. Maryse Hakenholz. coorditrad@attac.org traducteurs
bénévoles(*)