La Gauche

Accueil > Notre dossier de l’heure > NON à la guerre de l’empire ! > Nous appelons à arrêter ce massacre

Un appel de Fallujah à Kofi Annan et aux Nations-Unies

Nous appelons à arrêter ce massacre

Par Kassim Abdullsattar al-Jumaily

dimanche 7 novembre 2004

Il est clair que les forces armées américaines commettent quotidiennement des actes génocidaires en Irak. Alors que nous écrivons cet appel, des crimes sont perpétrés contre la ville de Fallujah. Les avions de guerre américains déversent des puissantes bombes contre la population civile, tuant et blessant des centaines de civils innocents. Leurs tanks écrasent la ville avec leur artillerie lourde.

Comme vous le savez, il n’y a pas de présence militaire dans la ville. Il n’y a pas eu d’actions de la résistance à Fallujah ces dernières semaines à cause des négociations qui progressent entre les représentants de la ville et le gouvernement Allawi.

Les nouveaux bombardements américains ont commencé durant les célébrations du Ramadan. Beaucoup de personnes ont été enterrées sous les ruines de leurs maisons et coupées de toute aide extérieure.

Dans la nuit du 13 octobre, un seul bombardement américain a détruit 50 maisons et leurs habitants. Est-ce un crime de nature génocidaire ou une leçon de démocratie étatsunienne ? Les États-Unis commettent des actes terroristes contre le peuple de Fallujah pour une seule raison, pour les forcer à accepter l’occupation.

Votre Excellence, tout le monde sait que les États-Unis et leurs alliés ont détruit notre pays sous le prétexte d’une menace d’armes de destruction massive. Maintenant, après des destructions massives et la mort de milliers de civils, ils ont maintenant admis qu’il n’avait rien trouvé.

Mais ils n’ont rien dit à propos des crimes qu’ils avaient commis. Le monde entier se tait, et même les assassinats de civils irakiens ne sont pas condamnés. Est-ce que les États-Unis paieront une compensation comme l’Irak l’a fait après la guerre du Golfe en 1991 ?

Nous savons que nous vivons dans un monde où il y a un double standard. A Fallujah, les États-Unis ont créé une nouvelle cible, Abu Musab al-Zarqawi. Al-Zarqawi est une nouvelle excuse pour justifier les actions criminelles des États-Unis. Depuis un an cette nouvelle excuse a été forgée et ils attaquent des maisons, des mosquées et des restaurants ; ils tuent des femmes et des enfants et ils déclarent : "Nous avons lancé une opération réussie contre al-Zarqawi".

Ils n’ont jamais dit qu’ils l’avaient tué car il n’existe pas.

Le peuple de Fallujah vous assure que cette personne n’est pas dans la ville, ni nulle part en Irak d’ailleurs. A de nombreuses reprises, les gens de Fallujah ont affirmé si quelqu’un voyait al Zarqawi, il devrait l’éliminer. Nous savons maintenant qu’il n’est rien d’autre qu’un fantôme créé par les États-Unis.

Nos représentants ont dénoncé à plusieurs reprises les enlèvements et les assassinats de civils. Nous n’avons rien à faire avec de tels groupes qui agissent de façon inhumaine.

Nous en appelons à vous et aux dirigeants de la communauté internationale pour qu’ils exercent la pression la plus forte sur l’administration Bush pour qu’elle mette fin aux crimes contre Fallujah et qu’elle retire ses forces armées de la ville. Quand elles se sont retirées il y a peu de temps, la ville a retrouvé la paix et la tranquillité. Il n’y a pas eu de désordre dans la ville. L’administration civile a bien fonctionné en dépit du manque de ressources.

Notre "offense" est simplement que nous n’avons pas bien reçu les forces d’occupation. Mais c’est un droit accordé par la Charte des Nations Unies, par la loi internationale et par les normes humanitaires.

Il est urgent que vous, et les dirigeants du monde, interviennent immédiatement pour prévenir un nouveau massacre.

Nous avons essayé de contacter des représentants de l’ONU en Irak pour demander de le faire, mais comme vous le savez, ils sont isolés dans une zone de sécurité maximum dans la Zone verte à Bagdad, et nous n’avons pu les contacter.

Nous voulons que les Nations Unies prennent position sur la situation à Fallujah.

Nos souhaits les meilleurs,

Au nom du peuple de Fallujah, du Conseil shura de Fallujah, des organisations syndicales, du syndicat des enseignants, et du Conseil des dirigeants tribaux.

Kassim Abdullsattar al-Jumaily, président du "Centre for the Study of Human Rights and Democracy" Fallujah


(Traduction La Gauche)

Editor’s Note : The following statement from citizens of Falluja was written as the U.S. military continued its bombardment of the city, preparatory to what they say will be an all-out assault on the Iraqi city. It was originally printed in the October 30 Socialist Worker (www.socialistworker.co.uk/).

This powerful appeal underlines the need for renewed actions for immediate withdrawal of all occupation troops and for the right of Iraqis to self-determination. Representatives of antiwar organizations from across Canada will be meeting in the Toronto conference of the Canadian Peace Alliance (www.acp-cpa.ca) November 5-7 to plan future actions. They deserve our energetic support.

— Roger Annis and John Riddell )