La Gauche

Accueil > Politique canadienne > ET SI MOHAMED CHERFI C’ÉTAIT VOUS ?

ET SI MOHAMED CHERFI C’ÉTAIT VOUS ?

dimanche 18 avril 2004

Il est encore temps d’agir...

Comme vous le savez peut-être, cela fait maintenant plus d’un mois que Mohamed Cherfi, le porte-parole du Comité d’action des sans statut, a été arrêté par des policiers lors de la violation du sanctuaire de l’Église unie St-Pierre à Québec et qu’il a été déporté aux États-Unis. Depuis le 5 mars, il y est détenu dans des conditions difficiles, en attendant une déportation vers l’Algérie, où sa vie est en danger, comme l’indiquent Amnistie internationale et la Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme.

La rapide et importante mobilisation pan-canadienne (plus de 170 organismes et personnalités signataires, quatre journées nationales d’action dans une dizaine de villes canadiennes, des milliers de faxs envoyés aux autorités), a permis au Comité de solidarité avec Mohamed Cherfi d’obtenir une rencontre avec un représentant du bureau du Premier Ministre Paul Martin, le 17 mars dernier. Mais le gouvernement n’a toujours pas donné satisfaction à nos demandes. Une brèche a été ouverte mais il faut pousser encore plus fort pour ouvrir la porte et obtenir le retour de Mohamed au Canada et son droit de résidence.

Il est encore temps de gagner cette lutte cruciale pour le respect des droits des sans statut et des défenseurs des droits sociaux mais il faut faire vite !! De simples actions de votre part feront la différence :

faire un don pour les frais de défense et de campagne (chèques au Fonds Mohamed Cherfi, Maison Ludger Duvernay, 82, rue Sherbrooke Ouest, Montréal (Québec) H2X 1X3), - télécopier une déclaration aux décideurs et leur téléphoner pour faire le suivi, faire signer la pétition (voir site web au www.mohamed.levillage.org - "Ce que vous pouvez faire...").

RAMENONS CHERFI, SON PAYS C’EST ICI !

Graves violations des bases de l’État de droit et des droits fondamentaux par les autorités dans le dossier Cherfi

L’Evaluation des risques de retour (ERAR) vers l’Algérie, par les autorités fédérales, n’a pas tenu compte du fait qu’il a été porte parole du Comité d’action des sans statut algériens pendant deux ans et que dans ce cadre il a dénoncé à maintes reprises le gouvernement algérien.

Le cabinet du ministre fédéral de l’Immigration, alors Denis Coderre, n’a pas arrêté la procédure de déportation de Mohamed alors que son dossier faisait l’objet d’une révision auprès du cabinet de la ministre québécoise de l’Immigration.

Pour entrer dans le sanctuaire, la police, sous la gouverne des autorités fédérales de l’Immigration, a utilisé un mandat d’arrestation illégal et a violé son droit de comparaître devant une cour de justice.

Les autorités canadiennes ont transmis aux autorités américaines des informations présentant Mohamed comme un dangereux " activiste professionnel" prêt à désobéir à la loi "n’importe quel prix". Cela est faux. C’est un simple défenseur des droits des sans statut qui a toujours été pacifique.

Il ressort de ces faits que Mohamed Cherfi a été ciblé par les gouvernements canadien et québécois et qu’il a reçu un " traitement " particulier du fait qu’il a été engagé avec le Comité d’action des sans statut algérien-nes, qu’il en le a été porte-parole qu’il a participé à des actions et des manifestations politiques au Canada. ET SI MOHAMED CHERFI... C’ÉTAIT VOUS ?

Ce message vous a été envoyé par le Comité de solidarité avec Mohamed Cherfi

15 avril