La Gauche

Accueil > Politique québécoise > Union des forces Progressistes > L’UFP condamne la déportation de la famille Arellano-Diaz

Justice et dignité pour chaque être humain !

L’UFP condamne la déportation de la famille Arellano-Diaz

vendredi 8 juillet 2005

Montréal, le 28 juin 2005 - Après avoir vécus 3 ans dans la clandestinité, sept membres de la famille Arellano-Diaz sont sur le point d’être déportés au Mexique, leur pays d’origine. L’Union des forces progressistes réclame l’arrêt immédiat de la procédure de déportation de cette famille, dont les enfants, âgés de 3, 6, 7, 11 et 18 ans, sont détenus depuis une semaine contre toutes considérations humanitaires liées à leur âge. « L’UFP trouve cette déportation inacceptable, tout autant que les méthodes utilisées par le Ministère de l’immigration canadienne et l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) qui sont contraires à tous les avis du Haut-Commissariat des Nations-Unies pour les Réfugiés relativement au traitement des enfants en terre d’asile. » Même l’enfant de trois ans, né au Canada, sera expulsé, ce qui nie à toutes fins pratiques sa citoyenneté.

L’Union des forces progressistes réclame un statut pour l’ensemble des réfugiés et des immigrants qui vivent présentement au Québec et au Canada. ’’Le cas de la famille Arellano-Diaz, illustre le drame humain qui frappe des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants victimes de conflits ou de persécutions qui ont souvent leur origine dans l’ordre planétaire injuste sur lequel repose notre propre confort et nos avantages économiques » déclare Amir Khadir, porte-parole national de l’UFP, pour qui « la régularisation des personnes sans-statut est nécessaire dès maintenant’’,

Lors de son Conseil de l’Union des 11 et 12 juin derniers, l’UFP a apporté son soutien aux quatre revendications de la Marche Solidarité sans frontières. 1. La régularisation de toutes les personnes sans-statut ; 2. La fin des déportations ; 3. La fin des détentions des migrant(e)s, immigrant(e)s et réfugié(e)s ; 4. L’abolition des certificats de sécurité.

L’Union des forces progressistes, parti des urnes et de la rue, avance l’idée qu’un autre Québec est possible et nécessaire : une société plus juste, écologiste, féministe, inclusive et pacifiste. La formation, fondée en juin 2002 dans l’esprit de rassembler et de construire l’unité de la gauche, fait de la lutte à la pauvreté le centre de ses préoccupations.

- 30-

Renseignements : Eric Martin, attaché de presse, (514) 583-5837,
eric.martin@ufp.qc.ca