La Gauche

Accueil > Politique québécoise > Élections > La montée de l’ADQ et comment y répondre

La montée de l’ADQ et comment y répondre

vendredi 28 juin 2002, par Marc Bonhomme

La montée de l’ADQ vient d’un écœurement face aux deux partis de l’alternance, d’un besoin de « changement ». Mais pourquoi cet écœurement ? Parce que depuis 10 ans, le « PQ a largement investi le créneau néolibéral » comme le disent les porte-parole de l’UFP dans leur texte « L’Union des forces progressistes : pour un véritable renouvellement de la politique ». Mais pourquoi ce bouleversement politique annoncé arrive-t-il presque 10 ans après celui du Canada, en 1993, et pourquoi apparaît-il se faire au détriment des deux partis de l’alternance et non d’un seul, le PQ au pouvoir comme ce le fut pour les Conservateurs fédéraux ?

À cause de la question nationale qui apparaissait jusqu’il y a peu de temps comme un débat réel entre fédéralistes et souverainistes. Car pour le peuple québécois, la question nationale est déterminante. Encore aujourd’hui, plus de 40% de l’électorat voterait pour le « oui » malgré que la question nationale soit dans l’impasse comme le disent nos porte-parole. Pourquoi cet acharnement populaire ? Parce que si l’indépendance nationale est le moyen « d’un projet de société axé sur l’émancipation sociale », elle n’est pas seulement cela. Elle est en soi un des piliers de ce projet de société libérateur, comme seule réponse possible au mépris, à l’humiliation et à la non-reconnaissance de la nation québécoise par l’État canadien, c’est-à-dire comme seule réponse à l’oppression nationale.

Comme le référendum de 1995 l’avait montré, l’engouement pour une démarche de libération nationale avait toujours été lié à un projet de société. Comme l’a aussi montré la suite des choses, le durcissement néolibéral péquiste a été accompagné d’une intensification de son réformisme fédéraliste, alias le modèle européen, que n’a pas démenti l’arrivée du nouveau chef péquiste une fois tombées les illusions de départ. Maintenant le centre décisif de l’électorat rejette le PQ, pour sa trahison des espoirs de notre libération, sans vouloir revenir au PLQ comme incarnation de notre servitude, incarnation devenue sans fard depuis le départ de son aile nationaliste et l’arrivée de son chef ultra-fédéraliste.

Le mode de scrutin a joué un rôle tout à fait secondaire dans cette évolution. Au contraire, elle se fait malgré le scrutin uninominal à un tour. Ce mode de scrutin cause certes une apparition brusque du phénomène. Tout au plus peut-on dire que le scrutin proportionnel aurait forcé l’ADQ à jouer ses cartes plus rapidement et surtout aurait favorisé l’apparition plus rapide de la gauche politique. Ce n’est pas rien d’où notre soutien à cette revendication. Mais ce n’est pas une panacée non plus. Beaucoup d’États ont des systèmes de scrutin proportionnel plus ou moins complet mais des gouvernements néolibéraux tout autant.

Un vote sage mais balisé

Cet écœurement s’est-il porté sur l’ADQ par défaut, sans connaissance de cause ? Ce n’est pas si sur et ce n’est pas non plus nécessairement parce que l’électorat vire à droite. Paradoxe ? Pas vraiment.

On a dit que si ce n’avait pas été du candidat-vedette du PQ au Saguenay, l’ADQ aurait fait un balayage complet le 17 juin. Pourtant ce jeune transfuge du Bloc s’est fait connaître comme un jeune homme de gauche, critique de la mondialisation néolibérale et défendeur de la démocratie, peu importe ses contradictions. Comme quoi l’électorat vote à gauche quand on lui offre un choix qui lui paraît crédible. Rappelons-nous Mercier, même si c’était avant le 11 septembre.

Dans les trois autres comtés, sans gauche apparente qui perçait médiatiquement un tant soi peu, l’électorat a d’abord voté pour le « changement ». Mais il n’est pas sur qu’il l’ait fait en ignorant totalement le programme droitier de l’ADQ. Ce serait même quelque peu méprisant que de le prétendre. Le peuple québécois n’est pas si bête. Attention à l’auto-dénigrement de l’opprimé.

Le peuple est sage mais il raisonne à l’intérieur de rigides contraintes qu’il pense indépassable. Il se dit que quant à avoir le choix entre trois produits néolibérales et néo-fédéralistes, vaut mieux le parti néolibéral le plus conséquent qui préserve l’avenir pour la question nationale, sans reniement d’une part et sans se casser la gueule d’autre part. Ainsi, peut-être le Québec sera-t-il un « gagnant » sur le marché mondial tout en payant le moins de taxes possibles puisque de toute façon les services publics sont foutus. Pourquoi, en effet, continuer à être la province canadienne la plus taxée pour des services publics moins bons que ceux de l’Ontario ? Et si on s’en sort « gagnant », on sera assez fort pour faire l’indépendance.

Bien sur, le néolibéralisme fait du peuple un perdant de toute façon. Seul la bourgeoisie y gagne même quand la nation y perd. Mais on ne peut pas nier que le néolibéralisme, c’est comme jouer à la loterie : plus la nation performe sur les marchés mondiaux, plus grande sera la minorité gagnante et moins grande la proportion des exclus même si tout le monde en deviendra malheureux d’inégalité et d’insécurité. À nous de faire valoir non pas l’alternance mais bien l’alternative antinéolibérale et anti-fédéraliste qui fait de tout le peuple un gagnant au jeu de la liberté et de la justice sociale. Pour y arriver, notre plate-forme et nos statuts sont un bon point de départ comme l’expliquent en détails nos porte-parole.

La tactique ne doit pas nier la stratégie

Mais notre alternative sera compromise si elle n’est pas valorisée par une stratégie et une tactique adéquates. En adhérant à l’UFP, les membres signaient une formule où ils se déclaraient en rupture avec les trois partis néolibéraux. Stratégiquement, cela signifie : nous d’un côté et eux de l’autre tant sur le terrain électoral que sur celui des luttes sociales. Mercier et le Sommet des Amériques, c’était cela. Comme le prochain rendez-vous est électoral ― en autant que les événements ne viennent pas modifier la conjoncture ― il nous faut préciser dès maintenant notre tactique sur ce terrain.

Si on pense que l’actuel mode de scrutin est à ce point un obstacle insurmontable, que l’élection de candidats ou candidates à ce point déterminante, qu’il faut payer n’importe quel prix pour avoir accès aux grands médias, on pourrait être tenté par une tactique qui contredit notre stratégie, c’est-à-dire vouloir faire alliance avec l’aile « gauche » du parti prétendument le moins pire par l’intermédiaire des bons offices de quelque intermédiaire. Notre acte de naissance électoral viendrait contredire nos principes fondateurs. Comme la machine électorale péquiste est en général plus forte que la nôtre, il faudrait s’y insérer avec ce que cela veut dire en termes d’adaptation programmatique, de pratique organisationnelle et de démoralisation à l’avenant, même dans les quelques comtés qui seraient réservés à l’UFP.

Si, par contre, on perçoit le néolibéralisme et le néo-fédéralisme péquistes comme étant les moyens termes qui ont pavé la voie à l’ADQ, que les élections sont une opportunité pour nous positionner publiquement comme alternative, alors on occupe le maximum de terrain électoral ― quitte à concentrer nos efforts au prorata de nos forces ― contre l’ennemi néolibéral et néo-fédéral. Un choix difficile, certes, quand on part sans moyens et presque sans organisation. Mais on ne construira pas la gauche politique québécoise sans défi.

Messages

Un message, un commentaire ?

Qui êtes-vous ?
Votre message