La Gauche

Accueil > Question nationale > La question nationale à l’heure de la mondialisation capitaliste

Pour ouvrir la discussion

La question nationale à l’heure de la mondialisation capitaliste

lundi 9 septembre 2002, par La Gauche

La Gauche considère qu’il est nécessaire d’ouvrir un débat sur la question nationale dans la période actuelle. Cette nécessité découle d’une série de considérations :

La direction péquiste est maintenant engoncée dans une crise stratégique majeure. Sa crise stratégique se réflète bien dans le fait que le soutien à la perspective de l’indépendance continue à se maintenir alors que nombre indépendantistes ne se reconnaissent plus dans ce parti. Ses politiques néolibérales, à peine tempérées de social-libéralisme, ont discrédité les objectifs que ce parti prétendaient défendre. Le PQ a réussi le tour de force de détourner les aspirations nationales à la libération en des politiques de soutien ouvert aux politiques économiques de l’impérialisme. Refonder une perspective indépendantiste et anti-impérialiste, une orientation indépendance et socialisme nécessité de revoir les fondements de ces positions.

Au regard de ces politiques péquistes, de la mondialisation capitaliste et de la résistance qui s’est développé face à cette mondialisation qui se fait dans les intérêts du grand capital, les nouvelles couches militantes ne sentent pas spontanément la nécessité d’intégrer la dimension nationale -discriditée- à leur réflexion politique. Comment articuler une perspective de solidarité internationale, d’internationalisme prolétarien aux luttes nationales reste une problématique en friche ?

La lutte des femmes contre leur oppression et leur surexploitation a pris une dimension internationale avec La Marche mondiale des femmes. Cet internationalisme qui fait la force de mouvement des femmes ne peut faire oublier la réalité nationale que prend également ce mouvement. Comment articuler le combat contre l’oppression des femmes aux luttes contre l’oppression nationale et pour un projet de société égalitaire c’est là aussi un axe essentiel dans le débat que nous voulons ouvrir

Enfin, il faut revenir sur les liens entre la lutte pour l’autonomie politique des classes exploitées face à la bourgeoisie et la question nationale. L’identification trop rapide et sans nuance de la question à un obstacle à cette autonomie peut mener à des oublis qui vont favoriser la désorientation et l’incapacité de sortir de la marginalisation. La dynamique de ces rapports entre ces différentes problématiques doit donc être tiré au clair.

Pour situer notre approche que vous voulons mettre en débat, nous publions d’entrée de jeu trois contributions qui, nous l’espérons, nourrirons vos réflexions et susciterons vos commentaires. Nous invitons donc toutes les personnes qui veulent contribuer à ce débat de bien vouloir nous faire parvenir leur texte à l’adresse suivante : maison1@total.net. Nous nous ferons un plaisir de les publier.