La Gauche

Accueil > Politique québécoise > Union des forces Progressistes > Le NPD et l’UFP font campagne pour l’instauration du scrutin proportionnel

Réforme du mode de scrutin :

Le NPD et l’UFP font campagne pour l’instauration du scrutin proportionnel

dimanche 26 octobre 2003

MONTRÉAL, 21 octobre 2003- Jack Layton, chef du Nouveau parti démocratique du Canada, est venu appuyer aujourd’hui à Montréal, lors d’une conférence de presse, la campagne qu’a lancée l’Union des forces progressistes pour l’instauration d’un scrutin proportionnel au Québec dès les prochaines élections.

Paul Cliche, responsable du dossier de la réforme des institutions démocratiques au sein de la Commission politique de l’UFP a annoncé que cette campagne de mobilisation se déroulera sous le thème « Pour qu’enfin chaque vote compte ; une vraie proportionnelle dès les prochaines élections ». Cette dernière débutera par une tournée d’information dans une dizaine de régions du Québec d’ici la fin de l’automne. Au cours de cette dernière, on invitera les militants et les militantes à faire circuler une pétition et à proposer divers autres moyens d’action.

Le NPD considère qu’il est temps de changer le système électoral, tant au niveau provincial que fédéral, afin de refléter fidèlement la volonté populaire, c’est-à-dire les votes des électeurs. M. Layton a rappelé que le NPD a déposé une motion sur la proportionnelle à la Chambre des Communes il y a quelques jours. C’était la première qui y a été présentée sur ce sujet en 80 ans. « Mais le futur chef libéral et aspirant premier ministre Paul Martin, qui parle pourtant de déficit démocratique à tout vent depuis quelque mois, a raté l’occasion de poser un geste concret pour le réduire lorsqu’il a voté contre cette motion », a commenté le chef néo-démocrate.

M. Cliche a rappelé pour sa part que, pendant la dernière campagne électorale, le futur premier ministre Jean Charest a déclaré qu’il respecterait l’engagement pris par son parti de réaliser la réforme du mode de scrutin dans les deux premières années du mandat d’un gouvernement libéral. Dans le discours inaugural de la session, ce dernier a précisé qu’un projet de loi serait déposé le printemps prochain. Depuis, le ministre responsable du dossier, Jacques Dupuis, a effectué une volte-face en laissant savoir qu’il ne fallait pas s’attendre à ce que la réforme soit en vigueur lors des prochaines élections générales prévues pour 2007.

« Les libéraux s’apprêtent-ils à renvoyer le scrutin proportionnel aux calendes grecques », s’est demandé le porte-parole de l’UFP qui craint d’ailleurs qu’ils n’imitent les péquistes dans ce dossier. On se rappelle que le Parti québécois avait inscrit cet engagement crucial à son programme, dès 1969, à l’instigation de René Lévesque. Mais lorsque le gouvernement Landry a a été défait le printemps dernier, il n’avait toujours pas été respecté après 17 ans et demi de pouvoir péquiste.

L’UFP favorise une proportionnelle de type régional parce que le parti considère cette formule comme étant la mieux adaptée aux besoins du Québec. Le ministre Dupuis préfère plutôt un système mixte de type compensatoire dont il n’a toutefois pas encore défini les contours. L’UFP ne s’opposerait pas à ce genre de système à condition cependant que la formule choisie fasse en sorte que, comme en Allemagne et en Nouvelle-Zélande, les distorsions causées par le scrutin majoritaire en vertu duquel seraient élus la moitié des députés puissent être entièrement corrigées, grâce au principe de la compensation, par le scrutin proportionnel utilisé pour combler l’autre moitié des sièges parlementaires.

- 30-

Pour information : Paul Cliche, porte-parole de l’UFP (514) 256-8949

Karl Bélanger, attaché de presse de Jack Layton (613) 232-2772